Un bûcher sous la neige

Un bûcher sous la neige; de Susan Fletcher
Publié aux Éditions Plon, 2010 – 390 pages
bm_4564_aj_m_826


Au coeur de l’Ecosse du XVe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d’une prison putride, le révérend Charles Leslie, venu d’Irlande, l’interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s’élève au-dessus des légendes de sorcières et raconte les Highlands enneigés, les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse. Jour après jour, la créature maudite s’efface. Et du coin de sa cellule émane une lumière, une grâce, qui vient semer le trouble dans l’esprit de Charles.

5

☞ une forme particulière
Le récit est atypique, puisque tout le roman n’est en fait qu’un long monologue, celui de Corrag dévoilant son histoire avec candeur, simplement entrecoupée par les quelques lettres que Charles Leslie envoie à son épouse. Cela peut déstabiliser au départ, voire être un peu longuet par moments.
Pourtant, tout est beau dans l’écriture de Susan Fletcher, et bien que le récit soit écrit en prose, l’aspect poétique n’est pas loin, tant le texte se rapproche d’une ode à la nature et à l’amour.

☞ le portrait d’une femme
Corrag raconte sa courte vie à un prêtre dont l’unique intérêt, au début du roman, est d’obtenir son témoignage sur un épisode particulièrement tragique, qui pourrait être utile à sa cause de jacobite.
La jeune fille se révèle alors petit à petit à cet homme de Dieu, lui contant quel fut son destin tragique, sa fuite perpétuelle loin des hommes qui lui jettent des pierres et de vilains mots, mais aussi son mode de vie en phase avec la nature. Émouvante dans sa manière de s’émerveiller de tout, elle sait soigner grâce aux plantes et vit de trois fois rien. Il en ressort le portrait d’une femme courageuse et altruiste, sans une once de méchanceté en elle, contrairement à ce dont on l’accuse.

☞ l’Ecosse en long, en large, en travers
Si Corrag se raconte au révérend, elle lui dresse également le portrait d’un pays, de sa géographie à son contexte historique délicat.
Les talents de conteuse de la jeune fille sont tels qu’on se croirait soi-même sur les hautes terres d’Ecosse. Elle rend compte à merveille de la nature omniprésente, à travers la description des lochs, des diverses plantes et cerfs sauvages dont elle croise la route. Plus encore, elle décrit à merveille les hommes qui peuplent ces terres : à l’image de paysages qui les entourent, les highlander sont rudes, mais aussi terriblement fiers, et hospitaliers.
Mais Corrag se fait aussi témoin de son époque. Car au XVIIe siècle, le roi Guillaume d’Orange détient le pouvoir en Ecosse, au désespoir des jacobites, qui lui résistent et souhaitent réhabiliter Jacques, l’héritier des Stuart, actuellement en exil. C’est dans cette bataille informelle pour le trône d’Angleterre qu’aura lieu le massacre de Glencoe, dont sera témoin Corrag.

☞ une belle leçon d’humanisme
On trouve au fil des pages un véritable réquisitoire à la tolérance et à l’acceptation des différences, et c’est sans aucun doute le personnage de Charles Leslie qui incarne le plus cet aspect.
Cet ecclésiastique irlandais a l’esprit étroit au départ, mais se dégèle peu à peu, tandis qu’il découvre l’histoire de la soi-disant sorcière. Les lettres qu’il écrit à son épouse représentent à merveille cette transformation : là où il n’était que conseils et prières, il finit par dire l’amour et la tolérance, bouleversé qu’il est par son empathie pour Corrag. 

Au final, Un bûcher sous la neige est un récit totalement envoûtant, qui nous transporte hors du temps. De sa magnifique écriture, Susan Fletcher nous dépeint un pays à la fois beau et hostile, sur fonds de vieilles légendes et de querelles entre clans. Triste, mais pourtant rempli d’espoir, ce roman émouvant donne envie de se jeter sur l’oeuvre de l’auteure ! 

En bref :
– une narration particulière
– un beau portrait de femme atypique
– un contexte historique tumultueux
– un récit à l’encontre des préjugés

Publicités

8 commentaires sur “Un bûcher sous la neige

Ajouter un commentaire

  1. Wouaw. Ta chronique est ultra séduisante. Bravo car cela donne vraiment envie alors qu’à la base, je ne m’y serais pas du tout intéressée… encore une fois : wouaw !!!!!!!

    Hop, c’est noté ! 😍😍😍

    J'aime

    1. Merci, ça me fait chaud au coeur parce que j’ai vraiment peiné à la faire, tout ce que j’écrivais me semblait surfait ^^ Du coup je suis encore plus contente de t’avoir convaincue !!

      J'aime

  2. Bon du coup c’est quand que tu pars en Écosse? C’est totalement le genre de livre qui me fait peur (je pense que c’est parce que je ne suis pas très familière avec cette culture et le contexte historique) mais tu donnes vraiment envie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :