Le Veilleur des brumes : un petit bijou !

Le Veilleur des brumes; par Robert Kondo & Dice Tsutsumi
Publié chez Grafiteen, 2018

index
Au dessus de Val-de l’Aube se dresse le Barrage : une immense muraille de bois coiffée d’un moulin. Lui seul tient à distances les brumes mortelles qui ont englouti le reste du monde. Depuis la mort de mon père, je suis responsable du Barrage. Une bien grande responsabilité pour un petit garçon. Mais telle est ma mission. Je m’appelle Pierre. Je suis le veilleur des Brumes.

coupdecoeur

La particularité de cette bande-dessinée, c’est qu’il s’agit de l’adaptation du court-métrage multi primé « The Dam keeper » dont je vous glisse le lien juste ici -bande de veinards- ! (Attention, risque de spoilers ceci dit !) Après la réalisation de ce petit film, Robert Kondo et Dice Tsutsumi ne se voyaient pas s’arrêter en si bon chemin, et ils ont eu raison ma foi !

Les auteurs ont tous deux fait leurs armes aux studios Pixar, notamment sur les films Toy Story 3 ou Monster University. Habitués aux univers forement marqués par leur direction artistique, ils ont su tirer partie de leur expérience et insuffler une dimension vraiment unique au Veilleur des brumes.
En tournant les pages, on a parfois du mal à réaliser que l’on est bien dans une bande dessinée : l’ambiance est complètement onirique, grâce à la colorisation employée et aux dessins un peu floutés. Le travail sur la lumière vaut complètement le détour, de même que les illustrations tout en rondeur qui caractérisent les personnages antropomorphes : une merveille à contempler page après page !

CV_VEILLEURBRUMES_def.indd

Mais au delà de l’aspect visuel exceptionnel, c’est également la qualité du scénario qui fait de cette bande dessinée un must have ! 

Présentons d’abord Pierre : ce petit bout de cochon porte sur ses frêles épaules (oserais-je dire jambonneaux ? Allez, j’ose !) la responsabilité de toute la ville puisqu’il doit assurer l’entretien du moulin, la machine inventée par feu son papa pour garder les brumes éloignées… Eh oui, comme si ça ne suffisait pas à son malheur, il s’avère que Pierre est orphelin depuis que son paternel s’est jeté dans les brumes par désespoir  suite à la mort de sa femme. Vous suivez toujours ? Avec ça, Pierre vit donc seul et continue de fréquenter l’école où tout le monde l’ignore consciencieusement alors qu’il est pourtant le seul garant de leur survie #maisoùestlalogique.

giphy
A ce moment-là j’étais à peu près dans cet état.

Suite à un évènement étrange, Pierre se retrouve avec deux de ses camarades à l’extérieur de la ville fortifiée, ce qui leur permettra d’en savoir plus sur ce qui se passe à l’extérieur. Ce qui débutait comme un récit fantastique nimbé de mystère prend alors la forme d’une quête initiatique aux multiples dangers (ben oui, parce qu’à l’extérieur de Val-de l’Aube, le monde a l’air dévasté et plein de phénomènes étranges.

Profondément émouvante, l’oeuvre arrive à intégrer des thématiques universelles comme le sentiment de rejet, le harcèlement, la résignation ainsi que la perte d’un être cher. Certaines scènes m’ont brisé le cœur, mais participent à la crédibilité attendue par les personnages.

Le Veilleur des brumes fait partie de cette tendance actuelle de la bande dessinée jeunesse à offrir aux enfants des oeuvres de qualités qui ne les prennent pas pour des neuneus (et c’est pas plus mal !). Ainsi, même si le titre est paru chez Grafiteen -la collection de BD pour ados de Milan- les aventures de Pierre sauront séduire tous les âges grâce à sa quête initiatique à l’ambiance sombre et aux dessins exceptionnels que proposent les auteurs.

☞ Audacieuse et grand public cette bande-dessinée fait partie des trésors que je chérirai et recommanderai à tout va autour de moi ! Elle a le mérite de tenir en haleine le lecteur par la découverte d’un univers un peu étrange, propose une aventure mystérieuse et une ambiance sombre comme on en voit peu en littérature jeunesse. Si on ajoute à ça la beauté de l’objet livre et la poésie qui se dégage des illustrations, je ne vois pas ce que vous attendez pour foncer chez votre libraire !

Publicités

[Test] Thimbelweed Park : la promenade nostalgique

Les excellentes trouvailles s’enchaînent depuis mon achat de la Nintendo Switch, paradis des portages et du jeu indé’, ce qui me promet encore de jolies découvertes par la suite !

Dernier jeu en date des créateurs de Maniac Mansion, Monkey Island ou encore Day of the tentacle, Thimbleweed Park a vu le jour grâce à un financement participatif sur Kickstarter, et reprend les codes des premiers titres marquants du genre -auxquels je n’ai jamais joué, gardons ça en tête-.

Nous sommes en 1987 dans la petite ville de Thimbleweed Park. Deux agents fédéraux enquêtent sur un meurtre qui vient de faire passer la population locale de 81 à 80 pèlerins. Alors que le corps pixelise déjà dans la rivière, personne ne semble capable d’élucider le mystère. Pour résoudre l’affaire, nos héros n’ont pas d’autre choix que de fouiller entièrement la ville, en interrogeant les habitants.


Pointe et clique


L’authenticité de Thimbelweed Park se ressent déjà au niveau des commandes : ce sont exactement les mêmes que celles des jeux d’époque.

Petit récap’ pour les novices : pour effectuer n’importe quelle action, il suffit de sélectionner un verbe, puis de cliquer sur l’objet ou la partie du décor avec laquelle vous souhaitez interragir. Exemple concret : pour passer un portail, sélectionnez d’abord la commande « ouvrir », puis allez cliquer sur le portail en question. S’il s’agit de ramasser un objet, il apparaît ensuite directement dans votre inventaire. Bref, à part d’incessants allers-retours un peu barbants, diriger les différents protagonistes relève du pur plaisir !

thimbleweedpark-delores-cityhall.png
Un exemple vaut mieux que mille paroles – ©IndieMag

C’est la découverte de certains éléments, ou l’assemblage de certains objets collectés au cours de l’aventure qui vous permet de progresser dans l’histoire.

Mais si, comme moi, tout ne vous paraît pas toujours évident (certaines combinaisons sont franchement WTF !), il rese le système d’aide intégré -qui est, pour moi, l’idée du siècle- ! Quand vous êtes coincés, il suffit de composer un numéro particulier depuis n’importe quel poste téléphonique du jeu pour obtenir un coup de main. Cela va de la simple suggestion à la démarche détaillée, selon l’impatience du joueur.


Ambiance à la Twin Peaks


Bourré de références à la pop culture des années 80-90, Thimbelweed Park met en scène des personnages délicieusement cinglés mais curieusement attachants : le shérif local semble avoir des doubles dans toute la ville (ainsi que quelques tics de langage !), la diseuse de bonne aventure est complètement loufoque et jette des malédictions à tout va, tandis que les Frères Pigeons s’intéressent à de mystérieux signaux provenant des cieux… Bref, avec toute cette petite troupe, pas moyen de s’ennuyer ! 

L’ambiance à la fois glauque et oppressante cueille le joueur dès les premières minutes de jeu, servie par une bande son de très bon goût, mais qui deviendra vite agaçante une fois quelques heures passées sur le jeu.


Etrange, vous avez dit étrange ?


Si tout commence par une enquête, le cadavre qui refroidit dans la rivière est finalement le cadet de vos occupations : l’histoire dérive rapidement en une résolution des quêtes personnelles de plusieurs protagonistes.

On peut donc contrôler jusqu’à cinq personnages interchangeables (dont les deux fédéraux), ce qui permet d’avancer dans le jeu même lorsqu’on bloque sur un élément. Les trois personnages complémentaires sont présentés au joueur par le biais de flashbacks jouables plutôt bien amenés. On y découvre leur histoire, les problèmes auxquels ils ont confrontés, et l’attachement est quasiment immédiat !

0251.png
©Polygamer

Casu ou hardcore ?


A vous de choisir, selon votre niveau, le mode avec lequel vous préférez débuter l’aventure.

Les novices dans mon genre auront tendance à préférer le mode casual, plus accessibles aux débutants, et dans lequel les objets sont généralement prêts à l’emploi. Idéal pour rentrer en douceur dans le monde fabuleux du point & click ! Au contraire, le mode hardcore s’adresse aux joueurs plus expérimentés avide de résoudre toutes les énigmes et de s’adonner à des combinaisons complexes (=crafter #jedéballemascience).


☞ Porté par une excellente écriture, Thimbleweed Park semble être un hommage réussi aux grands jeux de Point & click de l’époque. Les nouveaux joueurs, comme les nostalgiques du genre devraient y trouver leur compte grâce aux deux niveaux de difficulté proposés, ainsi qu’aux nombreuses références qui font mouche.

indexThimbelweed Park
Développeur : Terrible Toybox
Genre(s) : Point & click
Sortie : 30/03/17
Disponible sur : Switch, PS4, Xbox One, PC, IOS et Android


Boudicca, femme forte et inspirante ♀

Boudicca ; de Jean-Laurent Del Socorro
Publié aux Éditions Actu SF, 2017 – 288 pagesa

71ugyufrxrl


Angleterre, an I. Après la Gaule, l’Empire romain entend se rendre maître de l’île de Bretagne. Pourtant la révolte gronde parmi les Celtes, avec à leur tête Boudicca, la chef du clan icène. Qui est cette reine qui va raser Londres et faire trembler l’empire des aigles jusqu’à Rome ?

À la fois amante, mère et guerrière mais avant tout femme libre au destin tragique, Boudicca est la biographie historique et onirique de celle qui incarne aujourd’hui encore la révolte.

Figure phare et pourtant méconnue de l’histoire de l’Angleterre, Boudicca est ici mise en lumière par Jean-Laurent Del Socorro, qui porte un brillant hommage à l’une des premières féministes de l’Histoire.

« Je n’ai pas besoin de lui car j’assume désormais d’être une de ces solitaires qui n’existent que par elle-même là où d’autres ne peuvent vivre qu’en meute. Je laisse bien volontiers les mots à Pratsutagos. Je n’ai définitivement besoin que du silence. »

La plume de l’auteur a le mérite d’être accrocheuse : il ne s’embarrasse pas de fioritures et va droit à l’essentiel, à l’image même de Boudicca, cette reine plus à l’aise au maniement des armes que des mots. Le tout donne un style agréable à la lecture, qui se charge de plonger le lecteur dans un contexte historique pourtant complexe ! On sent d’ailleurs le gros travail de documentation qu’a fourni l’auteur (cf bibliographie en fin d’ouvrage). Preuve en sont, en plus des informations historiques relatées, les coutumes et rites celtes que l’on appréhende au fil des pages : déroulement d’une cérémonie funéraire, importance des druides dans la communauté, relations homosexuelles et polygamies ancrées dans les mœurs etc.

Boudicca dresse le portrait d’une femme déterminée et atypique pour son époque ! Son évolution s’avère passionnante à observer, d’autant qu’on nous conte tous les aspects de sa destinée et ce de manière très claire. Le roman est ainsi structuré en trois parties : fille de roi (28-43 après J.-C.), épouse et mère (44-59 après J.-C.), reine et guerrière (60-61 après J.-C.). Ainsi, d’une fillette peu sûre d’elle et en manque d’amour paternel, elle deviendra une reine respectée et soucieuse de son peuple, tout en incarnant une guerrière d’envergure, en plus d’être mère. Si elle intrigue par son caractère prononcé et sa volonté d’être l’égale des hommes en tout point, les relations qu’elle entretient avec nombre de personnages secondaires sont enrichissantes et formatrices :  le druide Prydian se charge de l’éduquer et de lui prodiguer ses conseils, Ysbal , une féroce guerrière, veille sur elle depuis toujours, tandis que son amante Jousse lui offre ses bras réconfortants.

« Chaque femme et chaque homme est forgé deux fois : la première fois par les mots des autres, la seconde par ceux que nous gardons en nous-mêmes. »

Au final, Jean-Laurent Del Socorro se contente de citer certaines batailles nécessaires pour repousser les envahisseurs Romains, mais insiste peu sur la dimension épique de celles-ci, n’en offrant qu’un vague aperçu. (et c’est tant mieux à mon sens !)

☞ Femme d’exception au destin marquant, Boudicca est inspirante et nous offre une porte d’entrée vers la culture celte au moment même où ces peuples voient leurs traditions leur échapper petit à petit. Une vraie réussite !

The Promised Neverland t.01 : une mise en bouche intéressante !

The Promised Neverland t.01; par Kaiu Shirai & Posuka Demizu
Publié chez Kazé, 2018

91Av5fsl6mL

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considérent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

 

 

Vu l’intensité médiatique autour de ce titre depuis des mois (il existe même un site dédié à la série), j’étais fermement décidée à mettre la main dessus dès sa sortie et j’ai eu bien raison -d’après mon libraire- ! En revanche difficile d’en parler correctement sans prendre le risque de tout spoiler…

On peut dire que ce premier tome lance efficacement l’intrigue, puisque le lecteur est happé dès les premières pages par cette histoire sombre et dérangeante, l’ambiance horrifique étant d’ailleurs contrastée par la naïveté et l’innoncence des enfants présents. Si quelques indices sont dissimulés dans le premier chapitre quant à la nature du fameux secret, je ne m’attendais pas du tout à cette révélation !
Le mangaka regorge de bonnes idées et sait jouer avec nos nerfs : le rythme effréné de ce premier opus annonce une attente infernale en vue des prochains tomes !

Dans une ambiance anxiogène au possible, c’est une véritable course contre la montre qui s’engage pour Emma, Ray et Norman : ils ont deux mois pour s’échapper de Grace Field House, ou ils mourront.
Très charismatique et attachant, le trio compte parmi les enfants les plus âgés et futés de la structure. Chacun va ainsi apporter une compétence différente, mais complémentaire à ses camarades dans la plannification de leur fuite : Norman, fin stratège, est un peu le génie de l’orphelinat, Ray fait preuve d’un grand sens de l’observation de beaucoup de sang-froid, tandis qu’Emma, plus sentimentaliste, compense par son agilité hors-norme.

Attention, « Maman » n’est pas en reste pour autant ! Glaçante de self control, cette mère de substitution est la reine du poker face ! 

Quant à Posuka Demizu, elle insuffle aux enfants des bouilles rondes et innocentes qui tranchent parfaitement avec l’horreur des « démons ». Le charadesign est très bon et le détail des expressions faciales douloureux de réalisme !

☞ Annoncée comme « la » série révélation de l’année The Promised Neverland se démarque de la production actuelle. Nulle magie ou personnages contrôlant des supers pouvoirs ici, le trio de héros ne peut compter que sur leur intelligence pour parvenir à sauver leur peau ! L’intrigue complexe, l’écriture efficace et les nombreux faux semblants font de ce titre un début de série très enthousiasmant dont on attend impatiemment la suite !

Les Cancres de Rousseau

Les Cancres de Rousseau ; de Insa Sané
Publié aux Éditions Sarbacane, 2017 – 331 pages

couv-Cancres-de-Rousseau


1994, Sarcelles, Djiraël en est sûr, cette année sera exceptionnelle. Il entre en terminale, dans la même classe que ses potes Sacha, Jazz, Rania et les autres. En plus, la belle Tatiana semble enfin réponde à ses avances… Cerise sur le gâteau, le prof principal, c’est monsieur Fèvre – le seul qui s’intéresse à eux. Bref, c’est parti pour une année d’éclate… sauf que parfois, plus on prévoit les choses, moins elles se passent comme on le pensait.

Un grand merci aux Editions Sarbacane -et particulièrement à Julia- pour l’envoi de ce livre plein de verve !

Si j’ai bien compris, le roman s’inscrit dans un ensemble d’autres textes (Sarcelles-Dakar, Du plomb dans le crâne, Gueule de bois, Daddy est mort…) qui, ensemble, forment la « Comédie Urbaine » de l’auteur. Si chacun met en scène plus ou moins les mêmes personnages, tous les titres peuvent pourtant se lire indépendament les uns des autres.

Ce qui saute d’abord aux yeux dans Les Cancres de Rousseau, c’est la justesse du ton employé. Le texte n’en paraît que plus authentique, Insa Sané usant beaucoup du langage de la rue, sans jamais en faire trop. Avant de se mettre à écrire, l’auteur a fréquenté le monde de la musique, et cela se sent dans la manière qu’il a d’insuffler à son texte des airs de slam par moments ! C’est donc avec un réel  plaisir que le roman peut se lire, mais aussi se laisser écouter à voix haute : prêtez-vous à l’exercice, ça change tout !

Côté personnages, j’ai complètement craqué pour Djiraël ! Sa langue bien pendue, son humour ravageur et son côté irrévérencieux en font un narrateur génial. Cette dernière année de lycée pour lui et ses potes, c’est l’occasion où jamais d’être heureux ensemble, d’exister ensemble, et il a tout prévu pour que ce soit grand, que ce soit grisant et à la hauteur de leurs espérances.

« Pour moi… ça ne signifiait rien, à vrai dire. Rien si tous ces enfoirés n’étaient plus à mes côtés ! En revanche cette année restait ma dernière chance de faire enfin tourner la roue dans mon sens, le bon. Car s’il est vrai que l’homme n’est que poussière d’étoiles, je voulais croire que nous, les cancres de Rousseau, étions nés pour briller -un jour. »

A côté de ça, c’est aussi sa fragilité qui le rend si accessible. Au fil des pages, sa carapace se fissure et laisse entrevoir la personne qu’il aimerait devenir, mais dont les choix et leurs conséquences sont incertains.

Force est de constater que ce n’est pas le seul personnage auquel on s’attache irrémédiablement. Toute sa petite bande m’a fait le même effet, sans doute parce qu’ils sont tous imparfaits à leur manière : les failles et les espoirs de chacun se révèlent petit à petit, leur offrant plus de profondeur.

Le roman se fait le reflet véritable d’une réalité sociale trop souvent représentée de manière clichée (mais si, tu sais bien : les voitures crâmées, la violence et les drogues omniprésentes etc.). Allez, on éteint le JT deux minutes et on découvre se dont il est vraiment question ici. Parce qu’au delà de ce qu’on pense, être fils/fille d’immigré en France aujourd’hui c’est surtout :

– subir les railleries du corps enseignant et ne pas être pris au sérieux : big up à Monsieur Fèvre, le seul professeur qui ne les prend pas pour des quiches et s’intéressent véritablement à eux.
– être fréquemment arrêté par la police pour « contrôle de routine », juste parce que ta tête ne leur revient pas
– se voir refuser l’entrée d’un resto ou établissement un peu chic parce que tu ne corresponds pas au standing de l’établissement (autrement dit tu fais trop racaille !)

Bien que l’intrigue se déroule au début des années 1990 (ce dont je ne m’étais pas aperçue, n’ayant pas lu la quatrième de couverture !), le propos s’avère complètement d’actualité et c’est pour moi un raison suffisante pour se plonger dans le roman !

Mais Les Cancres de Rousseau, c’est aussi un roman sur l’adolescence, ses espoirs, ses doutes et ses angoisses. Toute la bande de Djiraël se bat pour son futur et bouillonne d’une furieuse envie de vivre.

☞ Pas de doute, Insa Sané signe un roman pertinent et authentique, dénué des clichés habituels sur la banlieue, accompagné de personnages porteurs de grandes valeurs. Avec un rythme enlevé et beaucoup de justesse et d’humour, il livre un message fort qui permet au lecteur de remettre en perspective beaucoup de ses préjugés.

 

C’est le 1er, je balance tout ! #14

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-fuchsia

Créé par Julia, du blog Allez vous faire lire, ce rendez-vous mensuel a (un peu) vocation à proposer une alternative au fameux « C’est lundi que lisez-vous ? ».


1. Top & flop du mois


Grève de la SNCF obligée, je me retrouve à devoir souvent prendre la voiture au lieu d’aller au boulot en train, ce qui ralentit considérablement mon rythme de lecture. Rien de dramatique en soi, mais j’ai lu davantage de bandes-dessinées que d’habitude, par flemme de me plonger dans quelque chose de trop long !

Du côté des bulles :

  • Si vous avez un peu suivi le blog ce mois-ci, vous n’avez pas pu manquer mon avis sur le premier tome de L’atelier des sorciers, un nouveau manga qui semble très prometteur, à base d’un système magique reposant sur la pratique du dessin ! 
  • Je suis ressortie agréablement surprise de ma lecture de La Cantine de minuit, qu’une collègue m’avait chaudement recommandé. Le principe est simple : dans une gargote de la capitale japonaise, les clients défilent et ce sont autant de tranches de vie qui nous sont présentées, en même temps que l’on découvre un plat typique du pays. L’ensemble m’a un peu rappelé l’animé Bartender, où l’on nous présentait un coktail par épisode, en même temps que les tracas d’un ou plusieurs personnages. 
  • J’avais déjà eu l’occasion de lire un autre tome de 13 Devil Street, qui m’avait laissée perplexe : il en a été de même ici ! Si la mise en page s’avère originale (chaque double page présente l’intérieur du même immeuble, pièce par pièce), j’en ai trouvé la lecture parfois laborieuse et le scénario un peu tiré par les cheveux ! 
  • Le deuxième opus de Reine d’Egypte m’a autant convaincue que son prédecesseur ! Si vous voulez lire un manga mettant en scène une femme charismatique, cherchant à être l’égale des hommes (en l’occurence, que Pharaon), foncez ! L’héroïne, bien que fraîche et relativement innocente, muri au fil des tomes et son ascension est passionnante à observer. Les infos sur l’Egypte antique disséminées au fil des pages sont bonnes à prendre également ! 
  • En parlant d’héroïne plutôt portée sur le féminisme…comment ne pas penser à Arte dont j’ai dévoré la suite des aventures ? L’histoire continue à s’étoffer, et gagne en qualité au fil des tomes. Les dessins méritent d’être observés en détail, et j’apprécie d’apprendre des choses sur la culture de l’époque. 
  • Enfin, le troisième tome de Bichon m’a peut être un peu moins convaincue que les précédents, même s’il véhicule de jolies valeurs (bienveillance envers les autres, tolérance et acceptation de soi). Les dessins colorés et pleins de peps sont un bonheur pour les yeux, notamment pour les afficionados de Disney, dont l’auteur offre souvent des caméos sympathiques.

 

Du côté des romans :

  • Big Up aux Editions Sarbacane que je remercie chaleureusement pour l’envoi des Cancres de Rousseau, qui m’a beaucoup plu ! Ma chronique traîne mais devrait arriver d’ici peu, don’t panic. 
  • Lu dans le cadre du Prix Imaginales des bibliothèques, Boudicca a été une grosse surprise ! Genre de biographie romancée d’une reine celte (aka pas du tout mon genre de lectures habituelles tu vois), je me suis prise à me passionner pour sa destinée inspirante. Là aussi ma chronique sera bientôt disponible ! 
  • Je me suis jetée sur le dernier Mourlevat dès sa sortie, et j’ai drôlement bien fait parce que c’était particulièrement réjouissant ! Jefferson est une fable animalière aux airs de polars où l’auteur aborde avec talent la cause animale pour un jeune public. Délectable ! 
  • Après Les Geôliers, -expérience de lecture qui fut, hum, particulière- Les Filles de Roanoke m’a chamboulée ! Un secret de famille pernicieux, une ambiance noire et pesante, et des personnages tous plus étranges les uns que les autres : pas de doute, le malaise était bien là ! Pourtant, j’en ai trouvé la lecture particulièrement addictive, et intéressante d’un point de vus psychologique ! 
  • Je continue ma découverte de l’oeuvre de l’australienne Kate Morton, dont j’avais adoré Le Jardin des secrets aux tous débuts du blog ! Là encore, le charme a opéré puisque le roman rassemblait tout ce que j’aime : une disparition mystérieuse, un drame vieux de 70 ans, une demeurre abandonnée, le tout dans une ambiance délicieusement victorienne en Cornouailles ! Si le dénouement fait un peu trop « happy ending » à mon goût, l’intrigue n’en reste pas moins rondement menée, avec une double narration et différents points de vue abordés. 
  • On passe au moins bon de la sélection : seule petite déception du mois, La Chambre des merveilles n’a pas su me bouleverser comme je l’attendais. Peut être que je m’étais montée la tête toute seule à force d’en entendre des éloges… toujours est il que si le roman est un condensé d’optimisme, l’histoire en fait un peu trop et s’avère cousue de fil blanc. Bref, une jolie lecture sans réelle surprise. 

Côté challenges, mes dernières lectures ne me font pas beaucoup progresser dans le challenge Les Irréguliers de Baker Street (pour plus d’infos, l’article explicatif se trouve juste là).

24) Le Tordu : lire un livre débutant par un assassinat (Jefferson)
36) Les Six Napoléons : lire un livre du genre « Historique » (Boudicca)

 

Ca m’amène donc un total de 21/60  !


2. Les chroniques des autres


couv-les-collisions-620x987

Lucille, qui tient le super blog La Ronde des livres, m’a totalement convaincue de me jeter sur le dernier bébé de la collection Exprim’ ! (bon ok, j’étais déjà bien hyppée) Je trouve le concept de réadapter Les Liaisons dangereuses dans un univers scolaire actuel, avec de jeunes protagonistes absolument géniale, et j’ai hâte de voir tout ça par moi-même !

 

 

 

souvenirs-emanon-ki-oon

 

J’avais complètement loupé sa chronique (#shameshameshame) mais Claire, du blog La Tête en Claire, a parlé récemment d’un manga fort intrigant : Souvenirs d’Emanon. Et bien sûr, ni une ni deux (bon, plutôt deux semaine après dans les faits), j’ai craqué à mon tour, fortement influencée par son avis positif, les magnifiques illustrations du mangaka, et les conseils du libraire ! (franchement, si même les libraires s’y mettent, comment voulez vous aussi?!)

 


3. Ce qu’il se passe de chouette sur le web


J’ai commencé à regarder cette websérie documentaire sur les coulisses du jeu vidéo. Si le sujet vous intéresse, sachez que chaque épisode vous invite à découvrir les étapes de la conception d’un jeu ainsi que les différents types de métiers qui participent à sa réalisation.


4. Et moi dans tout ça ?


J’ai sautillé comme une puce dès que les premiers rayons de soleil se sont fait sentir ! Même si je préfère l’automne aux autres périodes de l’année, l’hiver a été beaucoup trop long et sombre à mon goût, c’était interminable !

Du coup, les longues balades en forêt se sont multipliées et ça m’a fait un bien fou au moral ! J’en ai profité pour ressortir mon appareil photo et remettre le nez dans les réglages oubliés depuis des années… Oh et j’ai aussi investi dans du matériel d’aquarelle, bien décidée à m’y mettre 🙂 Pour le moment, mes essais ne sont pas toujours très concluants, mais je progresse à petits pas (enfin je crois).

Sur ce, bon mois de mai à tous !

 

Rencontre avec : Balthazar, figure phare de la littérature jeunesse

D’âge indéterminé, toujours vêtu de son éternel bonnet bleu aux longues oreilles, il a fêté ses 20 ans d’existence en 2016, figure dans une cinquantaine d’ouvrages à ce jour et intègre la pédagogie Montessori à son propos : c’est Balthazar !

Récemment mis à l’honneur dans une exposition à la Médiathèque de Moulins (03) jusqu’au 23 juin prochain, j’ai eu envie de vous livrer un petit compte rendu des infos glânées sur place lors de la rencontre avec les mamans de Balthazar !

Brouillons commentés par l’éditeur, crayonnés et illustrations originales sont de la partie dans cette exposition qui revient sur la naissance de Balthazar et de Pépin. Je l’ai trouvée très mignonne et suis restée en admiration plusieurs minutes devant certains dessins. Malgré tout, un peu plus d’explications ou de volumes auraient été les bienvenus (je n’aurais pas appris grand chose si je n’avais pas assisté à la rencontre avec les autrices juste après ça).

La genèse du projet


Balthazar, c’est d’abord l’histoire d’une rencontre : celle de Marie-Hélène Place et de Caroline Fontaine-Riquier. La première passe une bonne partie de son enfance à Londres, et étudie le stylisme, tandis que la seconde se consacre a une école d’art et se montre désireuse de créer des illustrations de livres pour enfants. Leur parcours respectif les mène au milieu de la mode, notamment chez Cacharel, où elles vont exercer ensemble durant des années.

Confrontée à la dyslexie d’un de ses enfants et sensible à la pédagogie Montessori, Marie-Hélène Place relance alors son amie et c’est ensemble qu’elles montent un dossier pour ce qui sera les débuts de Balthazar et Pépin. Rapidement, les éditions Hatier jeunesse se montrent intéressées par le projet, et encouragent les créatrices à imaginer d’autres histoires : la série des Balthazar est née. 

Balthazar, naissance du personnage


Balthazar_et_Pepin
Ayant entre 3 et 6 ans (même si ce n’est jamais clairement mentionné dans les livres), volontairement non genré, Balthazar représente l’Enfant en général, de manière à ce que chaque lecteur puisse s’y identifier plus facilement.

Il était important qu’il s’agisse d’un héros posé, serein et dôté d’une certaine paix intérieure, de manière à coller avec la pédagogie mise en place par Maria Montessori, sans quoi le propos n’aurait pas été cohérent!

Les autrices ont voulu également voulu le représenter vêtu d’une espèce de costume de super-héros afin qu’il soit reconnaissable d’emblée, même présenté parmi d’autre personnages. Dans la réalité, son petit costume ressemble davantage à une barboteuse, et il quitte rarement son fameux bonnet bleu aux longues oreilles. Ces dernières étant sensées mieux rendre compte de ses émotions : les oreilles tombantes indique une certaine tristesse, alors que sa joie est exprimée par des oreilles relevées. 

Montessori au coeur du propos


Soucieuse de permettre au plus grand nombre d’avoir accès aux bases de la pédagogie Montessori à laquelle elle adhère complètement, Marie-Hélène Place propose des livres d’apprentissage interractifs, reprennant les bases du travail de Maria Montessori : à savoir, favoriser l’autonomie de l’enfant, et le laisser explorer son environnement de manière sensorielle.

Que ce soit dans la collection « Aide-moi à faire seul », première née des aventures de Balthazar ou dans les albums de fiction, chaque histoire se veut respectueuse de la pédagogie Montessori dans l’approche qu’elle propose.

Focus sur « Bébé Balthazar »


En 2014, la collection « Bébé Balthazar » vient compléter l’offre existante. Destinée aux tout-petits, elle offre un format cartonné tout à fait adapté aux petits mains, sans pour autant laisser de côté l’aspect esthétique des ouvrages. Brodés à la main, avec une jolie couverture en carreaux Vichy, leurs illustrations douces et rassurantes ont tout pour séduire (y compris les parents !).

Certains titres incluent des éléments tactiles, puisque c’est un des aspects les plus défendus par Maria Montessori : appréhender son environnement au moyen de ses sens, invitant ainsi l’enfant à être acteur de sa lecture. Au fur et à mesure de son parcours, bébé pourra ainsi toucher pour se rendre compte des choses, rapprocher des situations de bases (la toilette, le repas…) à son propre quotidien, puis saisir complètement l’histoire qui lui est racontée.

Si tous les titres sont très mignons, j’avoue que Ecoute le silence m’a particulièrement séduite ! L’histoire invite l’enfant au calme en prettant attention aux bruits qui l’entoure, ou qu’il produit : frappe dans les mains, battements du coeur, chuchotements, grattement contre du carton ondulé, en finissant par le silence (qui s’écoute lui aussi !).

Une chose est sûre, beaucoup de tendresse se dégage de ces petits livres : ils proposent des moments de concentration et de complicité pour appréhender les choses dans un climat rassurant. Accessibles dès la naissance, ils accompagneront progressivement l’enfant jusqu’à ses 3 ans dans tous les aspects possibles de son quotidien.

Et maintenant ?


Des projets en vue, les autrices en ont des dizaines ! Marie-Helène Place compte bien poursuivre sa série de premières lectures phonétiques dont on peu déjà retrouver deux coffrets dans le commerce :

Le principe ?  Chaque histoire -de niveau de difficulté 1, 2 ou 3- présente un texte court et accessible, joliment illustrés, avec des mots composés uniquement d’un son ou graphème à travailler (le « ch » par exemple). Ainsi, l’enfant ne se trouve pas pas en position de difficulté et peut déchiffrer seul les mots en écriture cursive, tout en découvrant le plaisir de la lecture individuelle. Chaque histoire à venir dans cette collection sera mis en image par un illustrateur différent, sous réserve qu’il/elle accepte de se conformer à l’esprit Montessori dans son travail graphique.

En parallèle de ça, Hatier souhaite continuer à développer les jeux éducatifs basés sur la pédagogie Montessori : il s’agit de coffrets pédagogiques pensés pour stimuler la mémoire mais aussi la concentration et le langage via des cartes thématiques à classer. 


Voilà ce que j’ai pu retenir de cette rencontre très enrichissante (je n’avais pas pensé à  me munir d’un carnet pour prendre des notes, vous pouvez me traiter de blogueuse en carton !) J’espère que cet article vous aura plu et vous donnera envie de découvrir l’univers de Balthazar -pour ma part je suis repartie avec deux albums dédicacés sous le bras, oups!-.