Ma mère, le crabe et moi

Ma mère, le crabe et moi; de Anne Percin
Publié chez Le Rouergue (dans la collection DoAdo)
, 2015 – 126 pages

51doa6mhe8l

Tania, 14 ans et demi, vit seule avec sa mère, dans un village du Puy de Dôme. Vie tranquille, trop tranquille, depuis que ses parents ont divorcé et que son frère aîné est parti faire une école de sous-officiers. Mais l’annonce du cancer du sein de la mère va brutalement les projeter dans un monde plus instable et angoissant…

J’ai découvert ce roman à sa sortie l’an dernier, mais l’ai relu récemment dans le cadre du Prix des Incorruptibles, puisqu’il fait partie de la sélection des 3ème/2nde que j’ai choisi de lire cette année dans le cadre du challenge proposé par Un Petit Bout de Bib(liothèque).

Chapeau bas à l’auteure, qui parvient à parler du cancer de manière très réaliste, sans jamais nous donner envie de nous apitoyer sur le sort des personnages. D’ailleurs, comment ne pas s’attacher immédiatement à Tania et à sa maman ? Même si la jeune fille reste une ado avec des préoccupations de son âge, elle fait preuve d’une sacré maturité. Quant à sa maman, elle se bat vaillamment contre « le crabe », sans jamais baisser les bras.

Ce roman, c’est le cancer en trame de fonds oui, mais c’est aussi la relation qui s’instaure entre Tania et sa mère à travers cette épreuve : la volonté de l’adolescente de faire sourire sa maman, qu’importe ce que les autres pensent ou disent sur la maladie. Mais là encore, le roman ne se limite pas à ça : on suit également la jeune fille dans son quotidien de collégienne avec ses amis, les garçons, et la préparation d’une compétition sportive.

Malgré le sujet grave, j’ai beaucoup souri pendant ma lecture, voire carrément ri ! Il faut dire que certaines situations sont franchement cocasses, et que la jeune Tania a le don de faire des vannes sur commande ! Ainsi, même la solitude de la mère, le traitement, la perte des cheveux et le regard des proches sont racontés avec légèreté, sans aucune pitié.
Les 126 pages se lisent très rapidement, le fait d’avoir le point de vue de Tania sur la situation rendant, à mon sens, le récit bien plus dynamique.

Court et facile à lire, Ma mère le crabe et moi reste dans les esprits par son humour et l’espoir qui s’en dégage. Anne Percin réussit l’exploit de parler d’un sujet très difficile, sans tabous, le tout avec beaucoup de dérision. On ne tombe jamais dans le pathos avec ce joli roman, qui, finalement, raconte plus la vie que la maladie.

En bref :
– une manière originale de traiter le sujet
  – humour omniprésent
– personnages terriblement attachants

Publicités

10 commentaires sur “Ma mère, le crabe et moi

Ajouter un commentaire

  1. Ah ma collègue l’a mis en présentation à la médiathèque… je vais peut être le lire pendant les heures de prêt un peu trop calmes (genre le mercredi matin ou le jeudi de 16h à 17h en jeunesse… ). J’aime bien la collection doado en général en plus.

    J'aime

  2. Voilà un nouvel avis positif que je lis à propos de ce roman qui me fait de plus en plus envie ! De plus, j’ai l’impression qu’on peut tous se retrouver dans ce roman… Allez, hop, je le mets dans ma WL ^^

    J'aime

  3. Malheureusement, de nombreuses familles doivent faire face au cancer d’un proche… Ce livre aborde un sujet omniprésent dans notre réalité, mais encore assez tabou dans notre société. Je pense qu’il a de quoi m’intéresser, et qu’il touche avec justesse un sujet très sensible. Je suis curieuse de voir par moi-même ce que ça donne. Merci pour la découverte !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :