Throwback Thursday livresque #18 : si je devais vivre dans la peau d’un personnage

Print

Voilà un nouveau rendez-vous proposé par BettieRoseBooks ! Le principe est simple : chaque semaine, il s’agit de présenter un livre correspondant au thème donné.

Le cœur des louves; de Stéphane Servant, 541 pages
Publié chez Le Rouergue (collection DoAdo), en 2013

51dx+yeOodL._SX339_BO1,204,203,200_

Célia et sa mère Catherine, une ancienne écrivaine à succès en panne d’écriture et à bout de ressources, reviennent vivre dans la maison de la grand-mère. Le village est perdu au fond de la vallée, avec ses montagnes couvertes de forêts et son lac Noir. Leur retour ne semble plaire à personne. Petit à petit, le lecteur s’enfonce au cœur des secrets de cette petite communauté fermée sur elle-même. Amours, haines, malédictions s’enchaînent sur plusieurs générations. Certains croient encore en cette légende de femme louve commandant aux bêtes sauvages… Pour découvrir ce qui se cache sous la surface des choses, Célia va devoir se tailler un chemin entre mensonges en superstitions. 

Il est difficile de résumer une lecture aussi bouleversante en quelques lignes… Ce roman, il m’a fait palpité le cœur, m’a agrippée pour ne me libérer que 540 pages plus tard.

Proche d’une espèce de conte initiatique, l’histoire nous entraîne dans un huis-clos à l’ambiance sombre et pesante, sur fonds de secrets de famille multigénérationnels. Réaliste à ses débuts, le récit prend pourtant une tournure presque onirique à certains moments.

Quant à la plume de Stéphane Servant, elle a tout d’exceptionnel : douce et furieuse à la fois, pas niaise pour deux sous, elle se fait poésie et émotion au fil des pages.  En un mot ? Magistral. 

Difficile de parler du personnage de Célia sans en dévoiler trop sur le roman… Pour faire court, c’est une jeune fille courageuse, pleine de vie, mais un peu naïve aussi, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds ! A travers son histoire et celle de sa grand-mère, l’auteur met en avant les traumatismes subis par les femmes à cause de la violence des hommes. Pour autant, Célia, comme sa grand-mère avant elle, refuse de se positionner en victime et décide d’être une femme forte bataillant pour sa liberté.

Véritable source d’inspiration, Célia à une fureur de vivre en elle, et la volonté de ne pas se soumettre à la domination masculine. Bref, un personnage fort dans un roman ado que l’on peut qualifier de véritable « pépite ». 

Et vous, qu’auriez-vous choisi pour ce thème ?