Memorex

Memorex; de Cindy Van Wilder
Publié chez Gulfstream dans la collection Electrogène, 2016 – 406 pages


memorex
Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l’île : c’est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancoeurs que Réha ressasse depuis un an. Au cœur de l’énigme : Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoitises de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous.

4Memorex est mon premier roman de Cindy Van Wilder, déjà connue pour sa trilogie de fantasy Les Outrepasseurs. C’est typiquement le genre de livre qu’il est difficile de chroniquer sans trop spoiler l’intrigue, au risque de gâcher le plaisir des futurs lecteurs…

Le début m’a un peu perdue dans le temps : effectivement, la particularité du roman réside dans les chapitres alternés qui le composent. Tantôt c’est Réha qui nous relate les évènements présents, tantôt l’auteur nous propose de plonger dans le passé, notamment lors de l’attentat, grâce aux points de vue d’autres personnages. On en apprend un peu plus à chaque fois, ce qui amène doucement  vers la révélation de secrets et l’explication finale.

J’ai particulièrement aimé l’ambiance mise en place par Cindy Van Wilder ! Dès lors que les héros se retrouvent sur l’île familiale, on sent que le cocon apparent se fissure. La tension monte peu à peu, et l’apparente tranquillité laisse place à un huis-clos haletant !

L’auteur arrive brillamment à mêler le thriller à la science-fiction, grâce au mystérieux projet Memorex, qui est finalement la clé de l’énigme. En plus des secrets de famille bien dissimulés, du mystère entourant l’attentat à la fondation et des expérimentations scientifiques dont il est question, j’ai apprécié le clin d’oeil à l’histoire de Frankenstein, ici remise au goût du jour.

Ma seule (petite) déception concerne Réha, l’héroïne. Loin d’être nunuche, elle est très charismatique et sait rester forte dans les pires situations, mais -peut être à cause de ça- je n’ai pas réussi à m’attacher réellement à son personnage.

Si, au final, Memorex n’est pas un coup de coeur, j’ai vraiment apprécié cette lecture haletante ! Loin du thriller classique, l’auteur mélange les genres avec brio et nous offre une belle réflexion sur l’humanité et l’éthique scientifique.

En bref :   
 – pas de répit pour le lecteur !
– une fin qui laisse songeur

   – héroïne “badass” pas totalement convaincante