Focus sur : Amélie Fléchais

Pas de sélection aujourd’hui ! Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de vous présenter le travail d’une illustratrice que j’aime d’amour, et trop peu connue à mon goût : Amélie Fléchais.

Illustratrice et auteure de bandes-dessinées et d’albums jeunesse, la jeune femme a plusieurs cordes à son arc, puisqu’elle travaille également dans le domaine de l’animation ! Avec quatre œuvres au compteur pour le moment, et dotée d’une pâte graphique très reconnaissable, Amélie Fléchais vous en mettra pleins les mirettes 😉 

cvt_Chemin-perdu_6764Chemin perdu; 96 p.
Publié aux Editions Soleil (Collection Métamorphose)
[A partir de 8 ans]

D’une originalité folle, c’est avec cette bande dessinée hors-norme que j’ai découvert le travail de l’auteure !

Trois enfants se perdent en forêt alors qu’ils empruntent un raccourci dans le cadre d’une chasse au trésor. Ils pénètrent alors dans un monde totalement loufoque qui n’est pas sans rappeler celui d’Alice aux Pays des merveilles, mais dont l’ambiance sombre et inquiétante se rapproche aussi de certains contes de Grimm. 

« Dans l’obscurité, elle courut aussi vite qu’elle put, mais déjà une triste fin l’attendait.
La forêt ne relâche, en effet, pas si facilement ce qui lui appartient… »

« On raconte que loin du monde des Hommes s’étend une forêt cruelle et mystérieuse. Elle appâte en son sein les voyageurs égarés à la recherche d’un foyer, afin de les dévorer pour l’éternité. »

Le graphisme de l’ouvrage ne peut laisser le lecteur indifférent tant il est original et hors norme. Des planches aux couleurs douces côtoient ainsi des pages entières de noir et blanc : on a l’impression de subir les caprices graphiques de l’auteur, qui nous impose des styles et des influences japonaises et nordiques bien différentes… c’est sans doute un côté déstabilisant de l’album, mais on se laisse gagner par l’étrangeté de l’univers créé par Amélie Fléchais, plein de charme et de poésie !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour plus d’infos sur la genèse de Chemin perdu, les inspirations de l’auteure, et sa manière de travailler, je vous conseille vivement cet article paru sur Madmoizelle.com, qui contient notamment une interview d’Amélie Fléchais !

511C93tTPsL._SX195_


Le Petit loup rouge
; 80 p.

Publié chez Ankama Editions
[A partir de 8 ans]

Amélie Fléchais propose ici une énième réinterprétation du célèbre conte de Perrault : Le Petit Chaperon rouge.

L’histoire est celle d’un petit louveteau, envoyé par sa maman à travers la forêt afin d’apporter de la nourriture à sa grand-mère mal en point. Attiré par plusieurs distractions hors du sentier qu’il doit suivre, il ne tarde pas à se perdre, mais rencontre une jeune fille adorable qui lui promet de l’aider à retrouver son chemin. (mouais, on y croit tiens…!)

« Fais bien attention à éviter la forêt de bois morts où vivent le chasseur et sa fille. Ils sont vifs, cruels et détestent les loups ! Je ne veux pas qu’il t’arrive malheur, alors ne t’aventure surtout pas là-bas ! »

En inversant ainsi les rôles des personnages, l’auteure donne ainsi une toute autre dimension au récit, tout en conservant l’ambiance sombre des contes originaux. Elle montre que le méchant n’est pas toujours celui que l’on croit, et mêle habilement les thèmes du mensonges et des préjugés, tout en abordant aussi la question du deuil. 

Quant à ses dessins, tous plus somptueux les uns que les autres, ils appellent à pénétrer dans l’univers féerique qu’elle nous présente. Constituées de multiples détails, et de couleurs chatoyantes, les illustrations vont de paire avec le texte, auquel elles apportent une grande poésie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

bm_CVT_LHomme-Montagne_9032
L’homme montagne

Publié aux Editions Soleil (Collection Métamorphose)
[A partir de 8 ans]

Pour ce très bel album pour la jeunesse, Amélie Fléchais n’est cette fois qu’illustratrice, et laisse le scénario aux mains de maître de Séverine Gauthier (dont j’apprécie aussi beaucoup le travail, notamment avec L’épouvantable peur d’Epiphanie FrayeurCœur de pierre, ou encore Garance).

« Ecoute, je porte sur mon dos, les montagnes du monde, et mon front s’est creusé de tous les sentiers sur lesquels j’ai marché. Tu peux entendre dans ma voix les grondements de la terre, tu peux voir dans mes yeux l’eau de toutes les mers… »

La montagne qui a poussé sur son dos étant trop lourde à porter, un grand-père annonce à son petit-fils qu’il part pour un ultime voyage, un voyage qu’il doit accomplir seul. Le petit ne comprend pas, cherche une solution, et un plan apparaît dans son esprit : partir en quête du vent le plus puissant, qu’on trouve sur les montagnes les plus hautes, pour aider son ancêtre. Lui faisant promettre de l’attendre, commence alors une fabuleuse aventure pour ce petit bonhomme courageux. 

L’Homme montage, c’est un très beau conte initiatique , une jolie métaphore de la vie et de ses embûches, ainsi que du deuil. Au lieu de d’aborder la question de manière frontale, Séverine Gauthier choisit l’onirisme pour en parler avec une grande délicatesse. Les aventures du petit garçon apparaissent comme un voyage presque philosophique à travers ses rencontres avec le roi des bouquetins, les cailloux ou l’esprit de l’arbre… des rencontres farfelues qui vont l’aider à grandir et accepter l’absence de l’être cher.

« –Grand-père, comment es-tu toujours si sûr qu’on se retrouvera ?
Parce que mon plus beau voyage, c’est toi. »

Si ce conte s’adresse aux enfants à la base, il plaira certainement aux adultes grâce à la grande poésie qui s’en dégage. Côté graphismes, Amélie Fléchais nous livre une fois de plus de superbes planches à l’univers enchanteur ! Son travail sur les couleurs et la lumière est tel que chaque planche a chamboulé mon cœur…  Jugez plutôt : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

cvt_bergeres-guerrieres-tome-1_2267
Bergères Guerrières

Publié aux Editions Glénat
[A partir de 8 ans]

Le pitch est le suivant : à cause de la guerre, un petit village s’est vu dépeuplé de tous ses hommes, et ce sont les femmes qui gèrent tout, y compris la défense du territoire. Pour ça, un ordre exclusivement féminin a été mis en place : celui des Bergères Guerrières. Redoutables combattantes, elles n’acceptent que la crème de la crème dans leur rangs, et les apprenties doivent en baver avant de passer Bergères confirmées !

Qu’on se le dise, je suis tombée en amour devant le personnage de Molly (la petite rouquine de la couverture) dès les premières pages. Avec sa bouille déterminée et son caractère de cochon, la demoiselle a tout pour plaire ! Fraîchement acceptée comme Apprentie bergère, elle devra faire ses preuves et s’entraîner dur pour protéger son village. 

Molly
Matez-moi ce regard, ça rigole pas les gars

Bien que l’histoire se déroule sur une terre imaginaire (dont on a d’ailleurs une très jolie représentation sur carte en début d’album), tout est fait, je trouve, pour rappeler la culture celtique ou viking. Ainsi, certains détails architecturaux, associés à l’ambiance un peu médiévale de l’univers, m’ont vraiment fait penser au film d’animation Rebelle !

maison celtique.jpg

Même au niveau des paysages, on se rapproche vraiment de pays comme l’Irlande et l’Ecosse : de la flotte, la mer à flanc de falaises, des zones rocailleuses et de vertes étendues.  Tout cet univers celtique, en plus d’être dépaysant, offre un formidable terrain de jeu aux auteurs, qui s’inspirent des légendes celtiques pour offrir au lecteur une jolie aventure sur fonds de fantastique. 

Graphiquement, on reconnait bien le coup de crayon d’Amélie Fléchais, même si ses illustrations sont ici plus réalistes que dans ses précédents albums, tous empreints d’un doux onirisme. Sa touche particulière sur la couleur et les lumières se retrouve malgré tout dans les paysages. Quant aux personnages, ils sont tous très expressifs, à tel point que certains visages m’ont fait pouffer de rire !

Bref, difficile de ne pas sautiller d’enthousiasme devant ce très chouette album qui met le travail des femmes en avant ! Les auteurs y introduisent un noyau de personnages que l’on prend plaisir à suivre, une vallée pleine de mystères que l’on a hâte de percer, et surtout, ils mettent en avant des valeurs universelles qu’il est bon de véhiculer. La bonne nouvelle, c’est que trois tomes sont au prévus ! De quoi voir l’évolution de nos apprenties bergères préférées, et sans doute découvrir ce qui se cache dans la brume… 

☞ C’est tout pour cet article, que j’ai pris beaucoup de plaisir à rédiger 🙂 Si vous ne connaissiez pas le merveilleux travail d’Amélie Fléchais, j’espère vraiment vous avoir donné envie de parcourir ses livres. Autrement, n’hésitez pas à me dire quel est votre album chouchou parmi ceux que j’ai présenté ! 

Et pour vous tenir au courant de ses nouvelles publications, par ici la compagnie ! ➡️
son blog
sa page Facebook
son portfolio