C’est le 1er, je balance tout ! #13

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-fuchsia

Créé par Julia, du blog Allez vous faire lire, ce rendez-vous mensuel a (un peu) vocation à proposer une alternative au fameux « C’est lundi que lisez-vous ? ».


1. Top & flop du mois


Et qui est-ce qui choisit de mieux en mieux ses lectures de manière à éviter les déceptions ? Hmm, qui est-ce ? 😌

terry.gif

☞ Dans la catégorie « Héroïne qui ne s’en laisse pas conter », nous avons donc : 

Je n’en dis pas trop car j’espère pouvoir leur consacrer un article dédié sous peu (donnez moi du teeeemps !), mais chacun de ces romans jeunesse met en scène une héroïne forte, déterminée, qui se bat souvent pour devenir ce qu’elle voudrait être (scientifique, exploratrice…m’voyez l’idée ?) à une époque où la société ne le permet pas forcément, ou le considère très mal. J’ai peut être un peu moins accroché à Star Trip qui souffre de petits problèmes de rythmes, même si les rencontres farfelues qui le ponctuent et les clins d’oeil à l’univers de Star Treck m’ont beaucoup plu !

☞ Dans la catégorie « C’est un grand oui ! », j’appelle à la barre :

  • Frères d’exil fait partie de ces livres nécessaires pour parler de sujets d’actualité avec les enfants. Présent dans la sélection CM2-6e du Prix des Incorruptibles cette année, il aborde avec une grande poésie le réchauffement climatique ainsi que l’exil forcé des populations. Kochka réussit à faire passer un très beau message d’espoir et de tolérance. On pourra simplement reprocher au récit d’être un peu édulcoré et de ne pas aborder les éventuels problèmes auxquels les exilés peuvent être confrontés. Néanmoins, son format court et sa langue rendent le roman très accessible aux jeunes dès 11-12 ans !

  • Le Bois sans dessus dessous est sans doute le recueil le plus mignon qu’il m’ait été donné à lire cette année ! Dans cette forêt, le thé tient plus de la tradition que du simple breuvage plaisir : chaque animal possède donc une relation particulière à cette boisson, comme l’illustre les différentes histoires. Ainsi, le loir et sa femme tiennent un salon de thé, le renard médite près des plantations, et la grenouille dirige une fabrique de sachets. Les contes sont assez courts pour faire figure d’histoires du soir, et chacun souligne une morale intéressante.

☞ Dans la catégorie « Donnez-moi la suite ! », je demande… :

Ah les séries… inévitables aujourd’hui, j’en ai quelques une en cours et JE M’EN SORS PAS NOMDIDIOU!

help.gif
Mon rêve ? Une bande de petits lutins pour m’assister et me tenir mes livres quand je lis à table !
  • Après un 4e tome de transition et un 5e qui m’avait laissée sur les fesses (non mais vraiment, cette fin !), Maxime Chattam s’est lâché dans ce 6e opus ! Neverland a une saveur particulière, puisqu’il a le goût de la presque fin -avant dernier tome de la saga obligé-. On se refuse donc à aller trop vite, de peur de quitter tous ces personnages formidables auprès desquels on a frissonné. Deux mois que je me refuse à entamer l’ultime aventure de l’Alliance des trois…il le faudra bien pourtant!
  • Et quel plaisir de retrouver les personnages et l’univers si riche créé par Sarah J. Maas avec A court of wings and ruin ! Riche en rebondissements variés, on y retrouve Feyre, héroïne charismatique et déterminée, désormais (presque) débarassée de son traumatisme, et endossant fièrement son nouveau rôle politique. Si le second tome reste à ce jour mon favori, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette aventure, rafraîchissant du même coup mon niveau d’anglais ! (et fangirlant un bon coup, parce que Rhysand voyez-vous…)

☞ Dans la catégorie « Je chipote », ils ont poppé :

  • Big up aux Editions Sarbacane, dont la collection Exprim’ est toujours source de bonheur de lecture pour moi ! Les quatre gars n’ont pas vraiment fait exception mais certaines situations que vivent les personnages m’ont parues un peu tirées par les cheveux. Mimine en parle bien mieux que je ne le pourrais jamais sur son blog si vous voulez en savoir davantage !
  • L’été de Summerlost avait tout pour lui. Il y est question de deuil à la suite d’un drame et chose surprenante, on y parle même théâtre, ce qui est plutôt rare en littérature jeunesse ! Oui mais voilà, s’il s’agit d’un roman touchant, avec une approche intéressante et un style plutôt sympathique, le rythme est assez inégal, et surtout j’ai peiné à m’attacher aux jeunes héros.

  • Depuis son grand succès avec le fameux La vérité sur l’affaire Harry Québert ou même Le livre des Baltimore, Joël Dicker était attendu au tournant ! C’est avec plaisir que je me suis plongée dans son dernier roman, qui m’a cependant laissé une impression mitigée. Si le pitch de départ était accrocheur, on peut reprocher à l’auteur de ne pas se renouveller suffisament : les mêmes ficelles sont utilisées encore et encore… (roman choral, narration sur deux époques, cliffhanger à chaque fin de chapitre etc.)

Dans la catégorie « Expérience de lecture originale », j’invoque :

Brussolo

Présent dans la sélection du Prix Imaginales des bibliothécaires, Les Geôliers m’a laissé une impression étrange. Presque une semaine après la fin de ma lecture, je n’arrive toujours pas à savoir ce que j’en ai réellement pensé, ni à mettre des mots dessus.

ODD.gif

Tout commence avec ce qui ressemble à un simple thriller, mais dès quelques chapitres, l’auteur nous emporte vers des horizons surnaturels très inattendus, le tout étant étonnament addictif ! Le lecteur navigue ainsi entre deux eaux, cette ambiance nymbée de mystères lui faisant perdre complètement pied avec la réalité.

badtrip.gif
Bref, j’avais l’impression d’être en plein bad trip.

Côté challenges, mes dernières lecturs m’ont permis de bien avancer dans le challenge Les Irréguliers de Baker Street (pour plus d’infos, l’article explicatif se trouve juste là).

8) Le Mystère du Val Boscombe : lire un livre se passant à la campagne (Le Bois sans dessus-dessous)
19) La Figure Jaune : lire un livre dont la couverture est à dominante jaune (Neverland)
32) La Cycliste Solitaire : lire un livre dans lequel l’héroïne pratique le vélo (L’été de Sommerlost)
46) La disparition de Lady Frances Carfax : lire un livre traitant de la disparition d’une personne (La disparition de Stéphanie Mailer)
53) Les Trois Garrideb : lire le troisième tome d’une saga (A court of wings and ruin)

Tout ça nous fait donc un total de 19/60  !


2. Les chroniques des autres


Les deux mois écoulés m’ont permis de faire le pleins de découvertes et de faire connaissance de lecteurs talentueux que je suis de près depuis :

  • Je ne me lasse pas de parcourir le travail de Face de citrouille dont le blog s’avère passionnant de bout en bout et rassemble de nombreuses thématiques qui me tiennent à coeur : littérature jeunesse, diversité et féminisme. Chacun de ses articles est source d’inspiration ou de réflexion, et nous semblons avoir des goûts commun en matière de lecture 😉 Je vous conseille particulièrement son article sur « 8 livres jeunesse avec un message féministe » que j’ai adoré !
  • Pauline, du blog Marquons les pages, lit énormément en anglais (mais pas que !) et se rend déjà coupable de l’allongement dramatique de ma wishlist #CimerAlbert. Très ouverte à la discussion et disponible sur les réseaux sociaux -Instagram en tête-, elle saura vous faire faire de jolies découvertes et vous convaincre de lire davantage en anglais ! A voir aussi sur son blog : son projet de voyage en Angleterre à thématique Agatha Christie (tu parles comme ça m’a intéressée, j’étais comme une petite folle !).

3. Ce qu’il se passe de chouette sur le web


Cassandra, du très joli blog Croque les mots, nous invite à une réflexion sur notre rapport aux livres et à la manière de les consommer : est-il possible de conjuguer mouvement minimalisme et plaisir de la lecture quand on est grand lecteur ? (#questionà1000balles)

La question m’a interpellée dans la mesure où j’ai -pardonnez moi l’expression- le cul entre deux chaises : d’un côté j’essaie de ne pas m’encombrer inutilement, de ne pas céder à l’achat « facile », mais de l’autre j’aime avoir des objets me rappellant les univers qui m’ont chamboulée au fil de mes lectures. Si je trie régulièrement ma bibliothèque pour ne garder que les beaux livres ou éditions collectors fétiches et que j’emprunte beaucoup en médiathèque de manière à limiter les dépenses, j’ai malgré tout ce besoin de posséder mes lectures favorites (et pas juste en ebook, c’est pas pareil !) et ce petit côté « collectionneuse » qui me gêne.

J’ai découvert le mois dernier la chaîne YouTube de Papa Papou, un peu par hasard il faut bien le dire. Si l’ensemble de leurs vidéos ne m’accroche pas forcément (on y parle beaucoup bébé et parentalité en général, sujets à 10.000 km de mes préoccupations actuelles :D), celles où ils présentent des ouvrages jeunesse m’ont tapé dans l’oeil, et m’ont permis de noter des références intéressantes ! Homoparentalité, question du genre, imagiers pas gniangnian…leur rubrique « Bouillon de puériculture » est savoureuse !


4. Et moi dans tout ça ?


Vous l’avez peut-être remarqué (ou pas, je n’irais massacrer personne dans son sommeil promis !) mais le blog prend une direction plus généraliste. Non pas que je ne lis plus ou que je me lasse, mais étant une personne de nature plutôt curieuse, la lecture est loin d’être mon unique point d’intérêt ! Raison pour laquelle vous trouverez des articles plus divers au fil du temps. La révolution a d’ailleurs déjà commencé puisque je me suis lancée dernièrement dans des tests de jeux-vidéo (le premier est en ligne juste-là) ou encore dans une brève critique théâtrâle (c’est à lire par ici) ! 

sheldon.gif

Sur ce, bon mois d’avril à tous !


Publicités

Albumez-vous #11 : encore des coups de cœur !

Trois mois après le dernier rendez-vous -souvenez-vous, c’était en décembre à l’occasion de Noël !- je reviens par ici pour vous présenter les derniers ouvrages jeunesse ayant enchanté mes mirettes !

Note : Ayant comme une imbécile supprimé toutes les photos prises de l’intérieur desdits albums sur mon PC, j’ai du en piquer ici et là sur le site des différents éditeurs : mea culpa, c’est un peu nul.


Aspergus et moi; par Didier Lévy & Pierre Vaquez
Publié aux Editions Sarbacane, 2017
[A partir de 6 ans]

CVT_Aspergus-et-moi_4964

Perle d’originalité à tous les niveaux, Aspergus et moi raconte ni plus ni moins la naissance de l’art moderne !

Un jeune rat sans le sou travaille aux côtés du peintre Franz Aspergus. Chargé de préparé la couleur noire pour son maître, il subit de plein fouet la panne d’inspiration de ce dernier, las de ses toiles toutes semblables. L’heure est alors à la remise en question…et c’est l’apprenti qui suggérera à M. Aspergus diverses techniques pour renouer avec sa créativité perdue : peindre de la main opposée, les yeux fermés…

Aspergus-p-10-11
©Editions Sarbacane

Graveur de métier, Pierre Vaquez nous offre des illustrations élégantes, qui restranscrivent à merveille l’ambiance du texte. Si l’on assiste à une amitié naissance, l’album offre aussi une jolie réflexion sur le processus de création. Aventure touchante et poétique, Aspergus et moi propose de nombreux clins d’oeil et questionne l’appréciation artistique selon les époques.


Polaire l’ours solitaire; par Khoa Le
Publié aux Editions Nuinui, 2016
[A partir de 5 ans]

Polaire-l-ours-solitaire

Ici, c’est l’histoire d’un petit ours blanc du nom de Polaire, qui nous est contée. Seul sur la banquise, Polaire part à la recherche de sa maman. En chemin, il fera plusieurs rencontres, notamment celle d’Amie, qui fera un bout de chemin à ses côtés avant de rejoindre ses semblables.

Imprimé sur feuille d’argent, l’album offre des illustrations d’une grande beauté ! Leur aspect très onirique plonge le lecteur dans une ambiance un peu magique et hors du temps.

SliderPolareFRA05.jpg
©Editions Nuinui

Polaire l’ours solitaire offre un très joli moment d’évasion, mais comporte aussi plusieurs niveaux de lecture. Selon l’âge du lecteur, l’album ne sera pas perçu de la même manière : les plus petits y verront simplement un voyage initiatique comme tant d’autres, tandis que les plus aguerris sauront percevoir la dimension écologique qui se cache derrière. C’est un magnifique conte autour du réchauffement climatique et ses conséquences que propose Khoah Le. L’album permet aux enfants de comprendre, par un exemple concret, la raison pour laquelle chacun doit faire un effort pour réduire son impact sur la planète.


Boucle d’ours; par Stéphane Servant & Laetitia Le Saux
Publié aux Editions Didier Jeunesse, 2013
[A partir de 3 ans]

9782278070671-T

Se déguiser en fille quand on est un garçon ? Inconcevable pour Papa Ours, même en période de Carnaval ! C’est bien connu, les jupes et les couettes, c’est pour « les filles, les oursonnes, les femmelettes, les cacahouètes, les hommelettes ! ». Seulement Petit Ours n’en démord pas : il sortira en Boucle d’Ours et puis c’est tout !

Comme toujours chez Didier Jeunesse (#ModeFangirlOn), on a à faire à un texte de qualité, pertinent (avec juste ce qu’il faut d’impertinence !),  dont l’aspect comique est renforcé par le zozotement de Petit Ours, le travail sur les rimes et les intonationsemployées.

Les bouilles des personnages sont très réussies, et l’utilisation par Laetitia Le Saux de papiers découpés rend le tout encore plus vivant ! On notera, en plus, les clins d’oeil à d’autres contes classiques au fil des pages. 

1438567012
©Editions Didier Jeunesse

Avec Boucle d’Ours, les auteurs bousculent habilement les standards que la société impose, ce qui en fait un album à mettre entre toutes les petites mains à une époque où l’on a tendance tout catégoriser et à reléguer l’épanouissement de chacun au second plan.


Björn; par Delphine Perret
Publié aux Editions Les Fourmis rouges, 2016/2017
[A partir de 3 ans]

 

Créés par la talentueuse Delphine Perret, Björn et ses compagnons de la forêt ont une vie simple mais enviable : que ce soit au travers d’un pique-nique entre amis, d’un joli paysage, ou bien de la réception d’une lettre, tout est propice à la contemplation. Ensemble, avec beaucoup de fraicheur et de naïveté, ils enjoignent le lecteur à profiter des petits bonheurs du quotidien.

Récompensé par une Pépite au Salon jeunesse de Montreuil en 2016, Björn offre un cocon de bienveillance et de douceur dans lequel on se blottit avec envie ! Il y a quelque chose d’infiniment apaisant et ressourçant dans les saynètes que propose l’autrice. De son trait simple mais efficace, elle traite avec brio du vivre ensemble et du partage. A mi-chemin entre l’album et le premier roman, cette oeuvre tendre et décalée a de quoi enchanter !

bjorn2_64p_15x21_encours_page_06-1024x717
©Editions Les Fourmis rouges

L’oiseau de Colette; par Isabelle Arsenault
Publié aux Editions La Pastèque, 2017
[A partir de 4 ans]

51rKRtDvm5L._SX195_

Colette vient d’emménager dans une nouvelle maison, et rêve d’avoir un animal de compagnie à elle. Seulement, sa maman ne voit pas les choses de la même manière, et lui conseille plutôt d’aller explorer le quartier ! Sur un malentendu et une histoire d’oiseau commence alors une joli aventure pour la petite fille à l’imper’ jaune.  

Colette est une petite héroïne à l’imagination débordante, on se délecte d’ailleurs des réponses loufoques qu’elle fournit à ses nouveaux amis !
Dans cet éloge à l’enfance, Isabelle Arsenault nous enchante une fois de plus visuellement. Découpé en planches à la manière d’une bande dessinée, L’oiseau de Colette est un petit bonheur visuel : l’utilisation de l’aquarelle et le jeu autour de la couleur (seules les teintes jaunes et bleues sont employées, tout le reste est représenté en noir et blanc) ajoutent au charme de cet album.

DSC08502.jpg
©La Soupe de l’Espace

Une histoire inventée prenant des proportions gigantesques, une nouvelle bande de copains, du jeu et de l’exploration… tout cela donne une histoire pleine de tendresse et de bienveillance, dans laquelle Isabelle Arsenault fait la part belle à l’imagination. Une petite douceur à savourer, en attendant les nouvelles aventures de la bande du Mile-End!


Certains vous donnent envie ? (#Cestfaitpour)

C’est le 1er, je balance tout ! #12

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-fuchsia

Créé par Julia, du blog Allez vous faire lire, ce rendez-vous mensuel a (un peu) vocation à proposer une alternative au fameux « C’est lundi que lisez-vous ? ».


1. Top & flop du mois


Autant le dire d’emblée : il y a eu du très bon côté lecture ce mois-ci ! 🙂 Je suis moi-même surprise du nombre de bandes-dessinées dévorés en peu de temps, genre auquel j’essaye de m’ouvrir de plus en plus (et je fais de très jolies découvertes !).

Dans la catégorie « Grosse chialade en perspective », nous avons donc : 

giphy.gif

  • On m’a offert le cinquième tome des Carnets de Cerise, et je me suis plongée dedans avec délice et tristesse à la fois, sachant qu’il s’agissait du dernier opus de la série. Joris Chamblain a su apporter une conclusion parfaite à l’histoire de la fillette, évoquant avec une grande poésie les thèmes du deuil et de la reconstruction. C’était bouleversant, et évidemment j’ai pleuré toutes les larmes de mon petit cœur.
  • Cindy Van Wilder m’a totalement bouleversée avec La Lune est à nous  ! C’est une formidable ode à la diversité qui fait à la fois l’effet d’une vraie bouffée d’air frais dans le paysage littéraire YA, et celui d’une grosse claque en pleine figure.
  • Dans la même lignée, j’ai emprunté Y a pas de héros dans ma famille, le dernier né de Jo Witek dont je n’avais encore jamais rien lu (Mea culpa). C’était tendre, humoristique, et l’autrice y délivre un joli message de tolérance au travers d’une famille pas comme les autres.

Dans la catégorie « Héroïnes combatives », j’appelle à la barre :

  • Hatchepsout, dont le destin est relaté dans la série de mangas Reine d’Egypte. On est d’emblée fasciné par cette forte personnalité, qui refuse de se soumettre aux règles en vigueur de l’Egypte ancienne. Très documenté, le manga présente en plus de belles illustrations. Bref, voilà une entrée en matière des plus agréables, j’espère que le reste suivra !
  • J’ai découvert par hasard dans ma médiathèque une nouvelle adaptation graphique du fameux Journal d’Anne Frank, qui offre une nouvelle approche du témoignage initial. L’alternance entre planches de bande-dessinée et extraits du journal d’Anne contribuent à rendre la lecture plus dynamique et permet au lecteur de se faire une idée précise du caractère de la jeune fille. A mettre entre toutes les mains !

Dans la catégorie « Peut mieux faire », j’appelle à la barre :

giphy.gif

  • J’ai dévoré avec grand bonheur le dernier Sauveur & fils dès sa parution, et même si j’aime toujours autant l’ambiance qui s’en dégage, ainsi que les personnages principaux que l’on retrouve d’un tome à un autre, je l’ai fini avec une pointe de déception : l’intrigue n’avance pas tellement (notamment les événements reliés à la vie privée de Sauveur), ce qui donne un sentiment de « trop peu ».
  • Mickey et l’océan perdu, bien que très attrayant visuellement, ne m’a pas franchement convaincue… J’avais déjà suivi le travail des auteurs dans d’autres séries jeunesse (notamment Le voyage extraordinaire), mais pour moi l’histoire n’est pas à la hauteur cette fois-ci. : trop cousue de fil blanc, elle m’a laissé un goût d’inachevé. 

Ce mois-ci, seul un roman m’a permis d’avancer dans le challenge Les Irréguliers de Baker Street (pour plus d’infos, l’article explicatif se trouve juste là).

2) Le Signe des Quatre : lire le quatrième tome d’une saga : Entropia (T4 de Autre-Monde), de Maxime Chattam

Je continue donc mon avancée avec un total de 17/60  !


2. Les chroniques des autres


  • Dans le cadre du Festival BD d’Angoulême, la rayonnante Lemon June nous a offert une semaine entière de chroniques BD en vidéo ! De quoi enrichir  sa PAL, puisqu’il y en avait vraiment pour tous les goûts 🙂 (et pas forcément du très très connu)

3. Ce qu’il se passe de chouette sur le web


Et c’est là que j’avoue avoir complètement décroché de ce qui se passe en ce moment sur les internets…! 😐

Dans le genre « on l’a déjà vu passer 10 000 fois mais je le redis quand même », signalons le super club de lecture BD Comic Whales, dont les sélections mensuelles thématiques sont toujours au poil (et dont l’emblème est BEAUCOUP TROP MIGNONNE !)

yEgRiUC0_400x400


4. Et moi dans tout ça ?


J’ai remis le nez dans les jeux vidéos (merci Papa Noël pour la Switch flambant neuve hé hé), et je découvre en ce moment pleins de petits jeux indés décidément forts sympathiques ! Trop sympathiques pour ne pas en parler par ici à vrai dire… 😏 Attendez vous donc à quelques articles thématiques d’ici le printemps. 

giphy

 

C’est le 1er *enfin presque* , je balance tout ! #11

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-fuchsia

Créé par Julia, du blog Allez vous faire lire, ce rendez-vous mensuel a (un peu) vocation à proposer une alternative au fameux « C’est lundi que lisez-vous ? ».

Nous y voici, nous y voilà : 2018 est à nos portes. Enfin, on l’a même carrément laissée rentrer là ! Ce qui m’amène à l’allocution suivante : 

giphy
Bonne année à tous !

C’est bon, on peut passer à autre chose ? Alors let’s go, j’ai deux/trois trucs à dire sur ce que j’ai lu récemment 🙃


1. Top & flop du mois


 Enfin disons plutôt « le peu que j’ai lu », car le bilan du mois n’est pas mirobolant : 

  • J’ai beaucoup apprécié Megumi et le fantôme, ainsi que Baby-Sittor, deux romans jeunesse particulièrement mignons !
    Tous deux abordent les relations familial et le poids du passé à leur manière : dans le premier, nous accompagnons une jeune japonaise sur les traces de ses ancêtres,  tout en se familiarisant avec le Japon et ses traditions, tandis que le second nous présente la petite Nine, surprotégée par sa mère suite à un drame familial. Tous deux sont d’une qualité littéraire certaine, et surprennent par leur thème original : idéal à lire dès 8-9 ans.
  • A l’instar de son bouleversant Inséparables, Sarah Crossan m’a de nouveau fait pleurer honteusement à la lecture de Moonrise, même si je dois avouer qu’il m’a moins fait d’effet que son prédécesseur (mais c’était quand même drôlement dérangeant, j’avais même la nausée parfois, c’est vous dire).
    On y suit donc Joe, dont le frère, emprisonné depuis des années, sera exécuté à la fin de l’été. Commence alors un terrible compte à rebours où les souvenirs d’enfance affluent, accompagné de l’espoir un peu fou de pouvoir retarder l’inévitable. 
giphy (1).gif
Bref, grosse chialade en perspective…
  • Pour rebondir sur des choses plus joyeuses et éloignées de nos quotidiens, j’ai aussi dévoré deux excellents romans de fantasy ce mois-ci ! J’avais déjà longuement parlé du premier tome de Roslend ici, eh bien le deuxième opus est toujours aussi chouette ! Pour résumer, c’est prenant et original, et l’écriture n’est pas en reste. Si vous aimez la littérature de l’imaginaire, les histoires à base de mondes parallèles, et les récits historiques, vous devriez y trouver votre compte puisque Nathalie Somers mélange admirablement le tout !
    Et comment ne pas parler des Chroniques du tueur de roi qui sont décidément un petit chef d’oeuvre ! Patrick Rothfuss a un talent indéniable pour raconter les histoires, et son univers m’enchante chaque fois un peu plus. Il me tarde de lire la
    suite, mais je me restreins, sachant que le troisième tome n’est pas encore paru !

 

  • Avec la sortie au cinéma de la nouvelle adaptation du « Meurtre de l’Orient Express », j’ai eu envie de me replonger dans l’oeuvre d’Agatha Christie. Pour ça, et vu la période, j’ai opté pour la lecture, en anglais, du Noël d’Hercule Poirot, que je n’avais encore jamais lu (spoiler : ça se lit très bien, n’ayez pas peur de la langue). Force est de constater qu’à chaque fois c’est la même chose : j’élabore une dizaine de scénarios différents dans ma tête, et au final, la reine du crime trouve le moyen de me surprendre totalement ! 

 

giphy.gif

Ce mois-ci, mes lectures ne m’ont pas vraiment permis de compléter le challenge Les Irréguliers de Baker Street (pour plus d’infos, l’article explicatif se trouve juste là). J’arrive donc à un total de 16/60 avec un seul point validé : 

11) L’Escarboucle Bleue : lire un livre se passant à la période de Noël : Hercule Poirot’s Christmas


2. Les chroniques des autres


oeufward2

Et là je suis obligée de mentionner le chouette concept de Kara et Kin, alias Plumes de Lune : la Cérémonie annuelle des Oeufwards

Les filles y dressent un petit bilan de l’année écoulée et décernent des prix spéciaux à leurs lectures selon la beauté de la couverture, l’univers le plus original, ou encore la romance la plus reloue. Bref, tu l’auras compris, c’est du fun en perspective ! 

PS : Et plus largement, je conseille leur blog à 356%, le ton décalé de leurs chroniques me fait mourir de rire à chaque fois ! 


3. Ce qu’il se passe de chouette sur le web


  • Certaines séries dont il me tardait de voir la suite débarquent sur Netflix en ce début d’année ! Parmi elles l’incontournable Black Mirror, mais aussi Fargo et surtout la deuxième saison de la série la plus WTF du monde : j’appelle à la barre Dirk Gently !Sérieusement, si vous êtes adeptes de l’humour britannique et que les histoires déjantées ne vous rebutent pas : foncez !

dg-1


4. Et moi dans tout ça ?


Rien de neuf sous le soleil : je passe toujours l’essentiel de mon temps libre sur Zelda Breath of the Wild, j’essaye de trouver des recettes végétariennes qui me bottent (et qui puissent satisfaire Monsieur Point c’est tout en même temps!), et je tâche de venir à bout de mes lectures « obligatoires » pour me consacrer à des romans qui me fassent davantage envie !

Albumez-vous #10 : Histoires de Noël 🎄🎅

new-piktochart_24434336

Sans grande surprise vu la période, je reviens en fanfare (après des semaines d’absence, mais chuuuut !) pour vous proposer une sélection d’albums de Noël qui figurent parmi mes préférés. 

Lettres timbrées au Père Noël ; par Elisabeth Brami & Estelle Billon-Spagnol
Publié chez Talents Hauts, 2017
[A partir de 5 ans]

61gnddfmx2bl

Tout est dans le titre. Oui parce que les lettres au Père Noël, on a l’habitude merci, mais les lettres de réclamation, un peu moins, et c’est ce qui fait la grande originalité de cet album !

Les auteures ont ainsi imaginé une vingtaine de lettres écrites par des enfants d’âge et d’origine différents, pour qui Noël n’a pas été parfait. Cadeau abîmé ou inadapté, toutes les situations prêtent à sourire, ou à réfléchir sur la manière dont on aborde cette fête désormais très (trop?) commerciale : l’occasion de rire, mais également d’amener les enfants à la discussion de certains thèmes (question du genre, maladie, racisme, inégalités à travers le monde…)

La mise en page très variée des lettres rend l’album terriblement dynamique : chaque lettre est ainsi rendue unique de par une typographie, un style d’illustration, et un ton différent. 

Sans titre.png

Si Lettres timbrées […] figure parmi mes petits chouchous de cette sélection, c’est parce qu’il apporte un vent de fraîcheur dans un type d’album d’habitude très classique et stéréotypé. A la fois amusant et étonnant, il permet aussi aux enfants de s’interroger sur la symbolique de cette fête, et sur les inégalités sociétales. Un must have donc !

Que fait le Père Noël quand il ne distribue pas de jouets aux enfants ?
par Céline Lamour-Crochet & Olivier Daumas
Publié chez Bilboquet Editions, 2011
[A partir de 3 ans]

a1w-xe0jrdl

Incroyable mais vrai : le Père Noël aurait une vie en dehors de sa tournée annuelle ! Mais alors que fait-il les autres mois de l’année ? C’est ce que cet album se propose de faire découvrir aux enfants curieux !

Chaque double page décline les activités du gros barbu au fil des mois : dégustation de la galette des rois, déguisement de carnaval, vacances à la plage… l’occasion pour les petits lecteurs de réviser le calendrier ainsi que les activités ou fêtes liées à chaque mois.  

Drôle et surprenant, cet album dépoussière efficacement l’image du Père Noël, tout en amusant les enfants. On admire l’inventivité des auteurs, ainsi que la patte graphique très reconnaissable (et tellement chouette !) d’Olivier Daumas, qui est pour beaucoup dans le charme du livre. 

que_fait_pnoel_extrait

Joyeux Noël petite souris !; par Audrey et Don Wood
Publié chez Mijade, 2006
[A partir de 2/3 ans]

915zjatrq9l

L’originalité de ce joli album, c’est l’interactivité présente entre le lecteur et la petite souris de l’histoire, puisqu’on s’adresse directement à elle, ce qui est peu courant dans les livres. 

« Bonjour, petite souris. Je vois que tu es prête pour Noël. Oh là là ! Que de cadeaux ! Ils sont tous pour toi ? Mais dis-moi, petite souris, et le gros ours affamé, alors ? As-tu pensé à lui, blotti dans sa caverne si froide et si noire tout en haut de la colline ? Le gros ours affamé aime tellement les cadeaux de Noël ! … »

La souris, d’abord inquiète, entreprend de mettre ses précieux sous clé…avant de se décider à jouer la Mère Noël chez le gros ours oublié. La chute de l’histoire peut sembler prévisible, mais les auteurs ont réservé aux lecteurs une dernière surprise ! 

DSC00442.jpg

Les images subliment complètement le texte : l’expression de la souris est fabuleuse (ce qui rend les différentes émotions d’autant plus perceptibles pour les plus jeunes), et le travail sur la lumière est incroyable ! On en redemande !

Noël chez Ernest et Célestine; par Gabrielle Vincent
Publié chez Casterman, 2011 (première parution en 1983)
[A partir de 4 ans]

71gpokhfa2l

Si vous ne connaissez pas encore ces bijoux de la littérature jeunesse, je ne peux plus rien pour vous (à part vous en présenter un échantillon ici justement) ! Ernest et Célestine, ce sont des livres chaleureux et pleins de bienveillance, qui laissent petits et grands ravis. 

Une fois n’est pas coutume, l’histoire est tendre et touchante, et présente une manière différente de fêter Noël : Ernest et Célestine veulent organiser un réveillon avec tous leurs amis, mais n’ont pas d’argent à y consacrer…heureusement, la petite souris ne manque pas d’idées créatives pour palier ce manque !
Gabrielle Vincent délivre encore un joli message d’humanité, loin de toute surconsommation, et montre qu’on n’a finalement pas besoin de grand chose pour s’amuser et passer un moment agréable. Bref, une jolie façon de rappeler aux plus jeunes les vraies valeurs de Noël, qui ont tendance à être oubliées à l’heure actuelle… 

Sans titre.png
Evidemment, les aquarelles de l’auteure donnent tout leur charme aux albums !

Noël de sapin; par Michel Gay
Publié chez L’Ecole des loisirs, 1999
[A partir de 2 ans]

71nzhbjfwjl

C’est sans doute le plus simple de la sélection, mais aussi un des plus touchants à mon sens.

Nul Père Noël dans ces pages pour une fois ! Noël de sapin reprend la trame du célèbre conte Le Petit Sapin, de Andersen, et nous éclaire sur le devenir des arbres de Noël après les fêtes, souvent abandonnés sur le trottoir une fois le jour J passé (avec néanmoins une fin heureuse ici !). 

Le texte s’avère très facile d’accès, les illustrations simples mais efficaces, ce qui rend l’album adapté aux plus petits dès 2/3 ans. De plus, le récit comporte un aspect écologique qui permettra d’ouvrir la discussion avec les enfants pour les sensibiliser à l’environnement. 


Sur ce, je vous laisse vous goinfrer de bûche : moi je file lire au chaud !

giphy.gif

C’est le 1er *hum, le 13* , je balance tout ! #10

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-fuchsia

Créé par Julia, du blog Allez vous faire lire, ce rendez-vous mensuel a (un peu) vocation à proposer une alternative au fameux « C’est lundi que lisez-vous ? ».

Nous voilà déjà mi-décembre, je suis comme qui dirait grave à la bourre pour mon bilan du mois dernier ! 

giphy (2).gif

Vous l’avez peut-être remarqué (ou pas, personne ne vous en voudra !), j’ai été très absente des réseaux sociaux et du blog dernièrement.

Plusieurs raisons à ça :
   – l’envie de rédiger mes avis de lecture n’était plus tellement là
   – j’avais besoin de me consacrer à d’autres activités/supports
   – le boulot m’a méchamment prise en otage 
  – je me suis laissée submerger par Zelda Breath of the Wild, meilleur jeu de tous les temps selon moi ! 😉 

Bref ce qu’il faut en retenir, c’est que : 

giphy.gif


1. Top & flop du mois


Une fois n’est pas coutume, ce sont des BD qui m’ont le plus emballée ce mois-ci ! 

  • J’avais découvert (et adoré!) le travail de Skottie Young sur Le magicien d’Oz alors quand ma collègue a rapporté I hate Fairyland à la médiathèque, je me suis jetée dessus…et j’ai bien fait 🙂 Pour qui aime le gore et l’humour très noir, les aventures de Gertrude prêteront à rire ! Je m’arrête là, car j’ai bien l’intention d’en parler plus en détail dans une chronique dédiée. 
  • Même chose pour la série de mangas Somali et l’esprit de la forêt qui m’a comblée par son côté contemplatif, ses très jolies illustrations et la poésie qui s’en dégage. 

Côté roman, je les attendais avec impatience mais les nouveaux Pullman et Lackberg m’ont un peu déçue… J’ai trouvé à La Sorcière des longueurs à plusieurs reprises, et plus que tout, c’est la fin qui m’a déçue ! Trop banale à mon goût après tout le cirque que l’auteure fait dans l’intrigue, ce n’est pas l’opus de la série que je conseillerais le plus… En ce qui concerne La Belle Sauvage, j’ai trouvé ma lecture très plaisante, mais il m’a manqué quelque chose pour que je l’élève au niveau de la trilogie originale de Pullman. On en parlera sans doute prochainement par ici 🙂 

En revanche, Tom Patate et Le Combat d’hiver furent de très bonnes surprises ! Tous deux étaient des lectures « obligatoires », puisque nous allons recevoir leurs auteurs à la médiathèque en 2018, et j’aimerais être au point pour les accueillir ! 

Le challenge Les Irréguliers de Baker Street avance doucement, mais sûrement (pour plus d’infos, l’article explicatif se trouve juste là). J’arrive cette fois à un total de 15/60 avec deux nouveaux points validés. 

21) Le Gloria Scott : lire un livre se déroulant en partie sur un bateau : La Belle Sauvage
46) La disparition de Lady Frances Carfax : lire un livre traitant de la disparition d’une personne : La Sorcière


2. Les chroniques des autres


Vu mon manque d’activité sur le web ces derniers temps, on pourrait s’attendre à ce que je n’ai rien à proposer dans cette rubrique… 

giphy (1).gif
… sauf que si ! 
  • Moun a sorti un nouvel opus de « Lire ou ne pas lire », consacré cette fois à un monument de la fantasy contemporaine : Le Nom du Vent, de Patrick Rothfuss (le barbu de la vignette là). Ayant lu le premier tome il y a peu, j’ai pu zyeuté ça sans me spoiler (d’ailleurs point cool : la vidéo ne contient aucun spoil), et je partage son opinion sur tous les points abordés ! 

3. Ce qu’il se passe de chouette sur le web


Récemment, deux vidéos ont fait fondre mon petit cœur de lectrice :

  • D’abord celle de Celine Online, qui met divinement en valeur recueil Histoires du soir pour filles rebelles ! Pour ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion d’avoir ce bijou entre les mains, il s’agit d’un très très très bon livre tous publics retraçant en une double page le portrait de cent femmes qui brisent les stéréotypes. Elles sont journalistes, sportives, musiciennes, d’origine diverses, et ont de quoi inspirer toutes les femmes et petites filles du monde.
  • Le prochain coup de cœur est sponsorisée par la booktubeuse la plus pipounette de tout le web : j’ai nommé Lemon June ! Elle retrace devant nos yeux embués son parcours de lectrice, à travers diverses œuvres qui l’ont marquée durablement. Un bonheur à voir et entendre, chargé en émotion. 

4. Et moi dans tout ça ?


 

  • J’ai survolé l’essentiel : le Père Noël est passé en avance chez moi, et depuis que j’ai découvert Mario Odyssey et surtout Zelda Breath of the Wild (<3), ma vie sociale est réduite à néant et je vous spamme sans vergogne sur les réseaux sociaux (déso, pas déso) 😀 

SI_WiiU_TheLegendOfZeldaBreathOfTheWild

  • téléchargement
    Secondo, et quand même pas des moindres : j’étais au salon jeunesse de Montreuil les gars !

    Ce fut l’occasion de saluer quelques têtes amicales, d’écouter des auteurs passionnants, de manger n’importe comment pendant quatre jours, et de faire du repérage de bibliothécaire pour les prochaines commandes, le tout en étant de plus en plus malade et désagréable au fil du week-end !

 

Qu’on se le dise, je n’aime pas vraiment la période de Noël, qui perd totalement ses valeurs initiales selon moi. Mais comme ça ne se fait pas de quitter les gens comme ça (askip), je vous laisse avec un gif de Doctor Who. (Comment ça « encore ?! Les râleurs, je vous vois.)

giphy.gif

C’est le 1er, je balance tout ! #9

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-fuchsia

Créé par Julia, du blog Allez vous faire lire, ce rendez-vous mensuel a (un peu) vocation à proposer une alternative au fameux « C’est lundi que lisez-vous ? ».

Nous voilà déjà en novembre, et je n’ai pas fait la moitié de ce que j’avais prévu à la base ! Parfois, surtout ce mois-ci, j’ai l’impression qu’un lutin maléfique aspire le temps pour mieux nous tourmenter… heureusement qu’il reste la lecture 🙂  


1. Top & flop du mois


☞ Une pelletée de bandes-dessinées :

Qui dit choix en librairie pour le compte de la médiathèque dit forcément boulottage de bande-dessinées 😉 A l’heure où je vous parle, j’ai donc une grosse pile de découvertes qui m’attend près de mon canapé, prête à l’emploi (préparez-vous donc à en bouffer dans le prochain « C’est le 1er… »). 

  • J’ai eu un joli coup de cœur pour Lumberjanes, conseillé par Sita en vidéo ! C’est une BD comme j’aurais aimé en lire étant plus jeune : une bande d’héroïnes délirantes, pas nunuche pour deux sous, avec des airs de Castor Juniors. Et vas-y que je me bas, que je résous des énigmes complexes ou que je saute partout : un ré-gal !
  • On retrouve d’ailleurs une des auteurs de Lumberjanes dans Nimona, dont j’ai aussi beaucoup apprécié la lecture ! Imaginez un génie du mal un peu looser dans son genre, et une jeune fille qui souhaite devenir son apprentie. Cela donne un cocktail drôle et rafraîchissant, et la personnalité explosive de l’héroïne n’y est sans doute pas pour rien !
  • La Grande Ourse m’a séduite d’emblée par ses illustrations oniriques, qui accompagnent à merveille une histoire poétique et touchante sur la question du deuil. Ceci dit, la simplicité de son scénario m’incite davantage à le conseiller à de plus jeunes lecteurs, qui s’en contenteront davantage.
  • Je ne m’attarde pas davantage sur Croquemitaines et Wytches auxquels j’ai consacré un article détaillé pour #Hallowctober.

☞ Un zeste de livres pratiques :

  • Ce n’est ni vraiment un essai, ni vraiment une BD, mais un juste mélange des deux genres : Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels se compose de brefs chapitres (4-5 pages chacun) dont chacun comporte au moins une illustration ainsi qu’une planche entière de bande-dessinée. Ovidie y aborde divers thèmes touchant de près les femmes, notamment à travers le tabou des règles et des poils, le bodyshaming ou encore des aspects sexuels qui font débat. Très accessible, tout en étant drôle et déculpabilisant, il offre une bonne réflexion au lecteur.
  • Ma chronique des livres sur le zéro déchet étant prête et archi-prête, je n’en parle pas davantage ici, si ce n’est qu’il est vraiment simple de faire quelques efforts, et que côté documentation, ma préférence va à Famille zéro déchet, que je juge plus accessible et moins moralisateur. 

☞ Une pincée de romans pour la jeunesse :

  • J’ai beaucoup aimé l’ambiance désuète qui se dégage de Sombres citrouilles, que j’ai facilement rapproché des romans d’Agatha Christie que j’affectionne.
  • Quant au dernier roman de Susin Nielsen, -que j’affectionne tout particulièrement si vous avez bien suivi- c’était un régal de lecture ! Je prévois une chronique prochainement (si, si, un jour bientôt, dans quelques temps quoi…) pour expliquer en détail pourquoi les romans de cette auteure sont si géniaux et touchants ❤

☞ Une grosse poignée de romans :

Les tops ! 

  • La saison trois ayant repris sur Netflix, à raison d’un épisode par semaine, j’y ai vu l’occasion de me remémorer les événements en relisant Le Voyage, le troisième tome de la célèbre saga Outlander. Ce fut, évidemment, un plaisir sans nom que de replonger dans l’histoire de Claire et Jamie, d’autant que ce tome est l’un de mes préféré, bien que l’on s’éloigne des paysages écossais.
  • Je triche un peu avec Le Nom du Vent, puiqu’à l’heure où je vous parle, je ne l’ai pas tout à fait terminé #jecommence10livresàlafois.
  • J’avais été affreusement déçue par le dernier Fred Vargas (Temps glaciaires), c’est donc très sceptique que j’ai commencé Quand sort la recluse. Et pourtant, qu’est ce que c’était bien ! J’ai enfin retrouvé les personnages un peu atypiques qui faisaient tout le charme de la série, et cette écriture douce et rêveuse dont j’étais admirative. Alors oui, certains aspects de l’enquête peuvent laisser perplexe et paraissent un brin tirés par les cheveux. Mais ça reste du Fred Vargas…il suffit de se laisser porter, et la magie opère !

Les « bofs » : 

  • La salle de bal, en revanche, m’a laissé un goût amer de déception. L’histoire n’est pas inintéressante, loin de là, mais les deux personnages principaux m’ont laissé de marbre, contrairement à Fuller, qui fait preuve d’une ambiguïté intéressante. Bref, ajoutez à ça un style littéraire très contemplatif, et vous obtenez : mon ennui.
  • J’avais bon espoir d’apprécier le petit nouveau de Bernard Minier, Nuit, ses derniers romans m’ayant fait forte impression. Malheureusement, ça n’a pas été du tout le cas. Si le début de l’intrigue semble prometteur, le rythme s’essouffle rapidement et j’ai trouvé que l’auteur réutilisait de vieux ingrédients pour une nouvelle histoire qui n’en est pas vraiment une. L’absence des adjoints de Servaz m’a également un peu déçue, j’avais espéré qu’ils seraient davantage sur le devant de la scène. 

J’ai pu progresser un peu dans mon challenge Les Irréguliers de Baker Street. (pour plus d’infos, l’article explicatif se trouve juste là). Une fois le décompte effectué, on arrive à un total de 13/60. Je continue mon avance à petits pas.

6) La Ligue des Rouquins : lire un livre dans lequel un personnage est roux : Le Nom du Vent
16) Les Hêtres Rouges : lire un livre avec un ou des arbre(s) sur la couverture : Quand sort la recluse
38) Le Pince-Nez en Or : lire un livre comportant un objet en or sur sa couverture : Outlander Le Voyage


2. Les chroniques des autres


Honnêtement, je n’ai pas passé assez de temps sur internet ou les réseaux pour surveiller ce que faisaient les autres ce mois-ci, et n’ai donc rien à vous proposer !

giphy


3. Ce qu’il se passe de chouette sur le web


gallery-1499785028-stranger-things-2-full-posterOn en parle de Stranger Things dont la saison 2 est disponible depuis vendredi dernier sur Netflix ? 😀 Allez, on en parle ! La date était annoncé depuis longtemps, je trépignais d’avance, j’avais même acheté des cochonneries à manger devant, et re-regardé la première saison histoire d’être au top : bref, j’étais dans les startings blocks !

C’est donc avec le plus grand délice que j’ai un peu délaissé mes livres ce week-end pour retrouver Mike, Dustin (<3) et le reste de la bande. J’essaye de faire durer le plaisir au maximum en me restreignant, mais vu la tournure que prend cette saison, ça s’annonce bien compliqué !


4. Et moi dans tout ça ?


Globalement pas grand chose en dehors du travail ! J’ai eu le plaisir d’accueillir une copinaute à la maison (coucou Sansan!) le temps d’un week-end, et de lui faire découvrir ma ville, ce qui était dépaysant.

jaquette-bioshock-infinite-pc-cover-avant-g-1354632827

J’ai également replongé sans vergogne dans les jeux vidéos  (même pas honte !) avec Bioshock Infinite et projette de commander une Nintendo Switch prochainement 😉 . 

Je n’ai encore pas eu l’occasion de découvrir les premiers opus, mais compte bien y remédier dès que j’aurais un PC compatible sous la main !
L’esthétique de celui-ci m’a complètement séduite en tout cas : ambiance steampunk, architecture coloniale, ville flottante… il ne m’en fallait pas plus 😀 Rajoutez à cela un scénario intrigant et complexe qui force l’admiration, un personnage féminin secondaire pas nunuche du tout, un système de narration à base de journaux audios, et vous me perdez !
Ceci dit, je reproche quand même un certains nombres d’éléments (sans faire de comparaison avec les premiers Bioshock donc, puisque je n’y ai pas encore joué), notamment :
– le manque de repères dans Colombia, donnant un aspect trop linéaire à la ville (une map aurait été appréciable)
– les ennemis sont assez peu variés, cela finit par lasser en combat
– le passé des ennemis est à peine évoqué, j’aurais aimé en apprendre davantage sur les grandes figures ou bien sur les Handyman par exemple. 

Allez fini Octobre, on dit bonjour à Novembre, et à dans un mois ! 

large.jpg