Point BD #3 : dernières découvertes !

Ma dernière virée en librairie BD pour le travail a été l’occasion de faire de jolies découvertes, dont j’avais évidemment très envie de parler par ici ! Après l’article sur mes dernières trouvailles en jeunesse, voilà l’équivalent pour les ados/adultes !


Le Petit vagabond ; de Crystal Kung
Publié aux Éditions EP, 2017 – 80 pages

couv2d_9782889320615

Le Petit vagabond c’est un très joli recueil de six histoires courtes sans paroles mettant en scène divers personnages dans des cadres variés comme le Tibet ou New York. Cela va de l’artiste désemparée au randonneur égaré dans la brume. C’est aussi, pour l’une des histoires, un court-métrage à voir juste ici.

Servant de fil conducteur entre les différents récits, le petit vagabond prend les traits d’un jeune garçon qui aide les protagonistes à retrouver leur chemin, vers eux-mêmes ou vers les autres. Si chacun est triste, nostalgique ou bien solitaire au début de l’histoire, leur rencontre avec ce drôle de petit bonhomme les apaise et leur offre en général de nouvelles perspectives.

Soyons honnêtes, c’est avant tout pour ses merveilleuses illustrations que l’album attire l’oeil ! Le travail graphique fourni par l’artiste taïwannaise est vraiment incroyable : à l’aide de couleurs chaudes et enveloppantes, elle parvient à nous offrir une oeuvre délicate, hors du temps et pleine de tendresse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

☞ Personne ne peut rester indifférent au travail de Krystal Kung, tant il transporte vers un ailleurs de toute beauté !  Par son aspect très contemplatif, chaque saynète invite à la réflexion. Le Petit vagabond fait partie de ces trésors que l’on se doit d’avoir dans sa bibliothèque pour le feuilleter à loisir. 


 Ceux qui restent ; de Josep Busquet & Alex Xöul
Publié aux Éditions Delcourt, 2018 – 128 pages

81Uy+uRg8hL

On connait tous au moins un récit dans lequel les enfants quittent brusquement leur foyer pour aller vivre des aventures fantastiques dans on ne sait quel royaume lointain ou univers parallèle (Peter Pan, Narnia, ça vous parle ?). Mais ce qu’on a moins l’habitude de voir, c’est ce qu’il advient des parents éplorés pendant la -plus ou moins longue- absence de leur rejeton…
Et c’est justement sur cet aspect là que se concentrent les auteurs de Ceux qui restent : on ne s’attarde pas du tout sur les aventures de l’enfant, mais plutôt sur ses proches qui doivent faire face et comprendre son absence.

Comment diable expliquer aux enquêteurs que son fils est parti affronter un dragon ou sauver une planète ? Et surtout comment justifier la réapparition soudaine de ce dernier ? Car à partir de cet instant, les soupçons extérieurs et autres théories du complot commencent à voir le jour : là commence le véritable cauchemar des parents.

Josep Busquet présente avec justesse l’éclatement d’une famille dépassée par les évènements et sévèrement jugée par ses semblables. Il insiste aussi sur le traumatisme que de tels voyages peuvent engendrer : les enfants se détachent complètement de la réalité, sont en décalage avec leurs proches car le temps ne s’écoule pas forcément de la même manière dans la réalité que dans le monde fantastique où ils mettent les pieds.

Mis en image avec finesse par Alex Xöul, l’album dégage beaucoup d’émotion, notamment grâce aux  couleurs douces et passées des planches. 

Ceux qui restent.jpg

☞ One-shot sympathique et prenant, Ceux qui restent prend le contre-pied des schémas classiques pour proposer une réflexion intéressante sur l’envers des contes. Alex Xöul a su utiliser les bonnes teintes pour mettre en avant la nostalgie de l’histoire et nous livre un album émouvant et original.


Imbattable (deux tomes) ; de Pascal Jousselin
Publié aux Éditions Dupuis, 2018 – 48 pages

Imbattable, c’est ce héros masqué et bedonnant (Oh, mais qu’y a-t-il sur son costume ? Je vous le donne dans le mille : une planche de bande-dessinée !) qui épate par ses méthodes d’investigation. Et pour cause, le bonhomme utilise les codes de la bande dessinée pour sauter d’une case à l’autre, ou s’envoyer des missives depuis le bas de la page, ce qui lui donne toujours un temps d’avance sur les vilains qu’il poursuit ! 

imbattable_image2
Un exemple est plus parlant que mille mots :

Le premier tome m’a tout bonnement fascinée (et que je me suis bidonnée !) mais il me semblait compliqué de faire durer le concept au delà d’un opus. Pourtant, les petites histoires d’Imbattable ne perdent pas de leur intérêt dans le deuxième tome, Pascal Jousselin débordant d’inventivité ! En plus du traditionnel savant fou, l’auteur dote ainsi notre super-héros d’un acolyte capable de jouer avec les perspectives, mais aussi d’un vilain à la hauteur de ses talents. 

☞ Grand terrain de jeu pour l’auteur, et encouragement à une lecture déconstruite et amusante, la série Imbattable est difficile à décrire tant tout passe par le visuel ! En tout cas, la magie opère dès les premières pages, en faisant une bande-dessinée idéale à partager en famille. 

Publicités

8 réflexions sur “Point BD #3 : dernières découvertes !

  1. Je me régale à chaque fois que tu fais ce genre d’article ! Tes sélections sont toujours si intéressantes !! JE VEUX POUVOIR EMPRUNTER DANS TA BIBLI !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s