La Belle Sauvage, ou le « moueh » du début d’année

La Trilogie de la Poussière, tome 1 : La Belle Sauvage; de Philip Pulman
Gallimard Jeunesse, 2017 – 544 pages

61IuEgS0BZLÀ l’auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son dæmon Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré tout proche. Qui est cette enfant ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ? Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d’équipée, doivent s’enfuir avec elle. Dans une nature déchaînée, le fragile trio embarque à bord de La Belle Sauvage. Tandis que despotisme totalitaire et liberté de penser s’affrontent autour de la Poussière, une particule mystérieuse, deux jeunes héros malgré eux, liés par leur amour indéfectible pour la petite Lyra, vivent une aventure qui les changera pour toujours.

3

Si ma dernière lecture de A la croisée des mondes, la précédente trilogie de Pullman, commençait à dater (au moins sept ans !), j’avais encore bien en tête les différents éléments de cet univers si particulier, ainsi que les personnages principaux que l’on suivait dans leur quête. C’est donc avec fébrilité, et aussi un brin de nostalgie que je me suis plongée dans ce nouvel opus, qui offre un préquel aux aventures de Lyra et Pantalaimon. Seulement voilà, le voyage n’a pas été aussi plaisant que prévu.

zach galifianakis GIF

☞ Vite, mais pas trop…

Soyez prévenus, l’intrigue est longue à démarrer… Philip Pullman prend le temps d’introduire son univers si particulier, peut être un peu trop justement, quitte à perdre le lecteur en route. Si cet aspect ne m’avait pas dérangée le moins du monde dans le premier tome de La Passe-Miroir par exemple, ici j’ai rapidement eu envie de vivre l’aventure promise en quatrième de couverture ! 

☞ …quitte à zapper des choses

Malgré cette précision du détail pour que le lecteur se sente familier dans ce monde à la fois proche et différent du notre, il m’a semblé que l’auteur ne s’attardait pas autant que nécessaire sur certains aspects du récit : le concept des daemons, notamment, m’a semblé assez vague pour des lecteurs novices (et même pour moi, qui connaît pourtant déjà les livres de Philip Pullman !) 

☞ Un duo mal assorti

Malgré tout, il y a du bon dans le rythme lent instauré par l’auteur : mieux appréhender l’univers, et surtout faire la connaissance du jeune Malcolm, le protagoniste principal de cet opus. 

Et encore une fois, Pullman nous offre un héros à la mesure des événements présentés ! Malcolm, tout comme Lyra avant lui (ou après lui ? Tout dépend de l’ordre dans lequel vous lirez les trilogies –> TMTC cher lecteur), campe un personnage des plus attachants, qui fait preuve de multiples qualités. Doté d’une grande soif de connaissance, il est aussi brave et serviable, fichtrement déterminé, mais aussi très mature pour son jeune âge. Tout comme Lyra avec son daemon, sa relation fusionnelle avec Astra émeut.

En revanche, je dois bien avoue qu’Alice m’a laissée de marbre. Quasi invisible au départ, elle prend un rôle plus important dès que l’aventure démarre véritablement, mais ça n’a pas suffit à éveiller mon intérêt, et j’ai trouvé certains personnages secondaires bien plus intéressants. On recroise d’ailleurs avec plaisir (ou un peu moins) quelques uns des protagonistes d’A la croisée des mondes et remontons aux origines de l’histoire de Lyra. 

☞ Même si ce premier tome promet une intrigue intéressante toujours empreinte des éléments envoûtants qui faisaient d’A la croisée des mondes une saga d’exception, il m’a manqué un petit quelque chose pour être vraiment emballée par l’ensemble. Ceci dit, peut être que je suis tout simplement trop exigeante, car dans l’ensemble, ce nouvel opus est un bon roman d’aventures, et j’avoue avoir passé un agréable moment de lecture. 

En bref :
 – un excellent roman d’aventure !
  – un style fluide et immersif
– des intrigues politiques et religieuses intéressantes
 – des personnages un peu décevants car inégaux
– un manque de clarté sur certains aspects « magiques »

 

Publicités

5 réflexions sur “La Belle Sauvage, ou le « moueh » du début d’année

  1. J’ai honte mais je n’ai jamais réussi à lire « A la croisée des mondes » et ton avis sur le prequel ne me donne pas envie de tenter l’aventure pour ce nouvel opus. En tout cas, comme toujours un article constructif et intéressant !

    J'aime

    • Merci petite citrouille ! 🙂 Je ne vois pas en quoi c’est une honte, et je ne risque pas de juger les gens là-dessus. Chacun lit ce qu’il veut, personnellement j’ai adoré les films du Seigneur des Anneaux, mais je n’ai jamais réussi à venir à bout des romans !

      Aimé par 1 personne

      • J’ai honte parce qu’il est considéré comme un classique de la littérature jeunesse mais je n’y arrive pas. Enfin honte ce n’est peut-être pas le bon terme, plutôt déçue de ne pas l’avoir apprécié. Mais trêve de bavardages, après tout on ne peut pas tout aimer ! 😊

        Aimé par 1 personne

  2. J’avais commencé à lire le premier tome d’A la croisée des mondes, puis j’ai su que Philip Pullman sortait le préquel et je me suis dis « tiens je le lirais avant finalement ». Mais ton avis me fait hésiter…

    J'aime

    • Oh non, il ne faut pas que ce soit le cas ! Mon avis n’engage que moi, j’ai l’impression qu’il a eu de très bonnes critiques autrement, alors ne te laisse pas influencer 😉 Mais honnêtement, si j’étais toi je lirais d’abord A la croisée du monde.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s