Où on parle de zéro déchet 🌱

Zéro déchet ; de Béa Johnson
Publié chez Les Arènes, 2013 – 395 pages
et

Famille presque zéro déchet ; de Jérémie Pichon & Bénédicte Moret
Publié chez Thierry Souccar Editions, 2016 – 256 pages

5

Commençons par le commencement, le zéro déchet c’est quoi au juste ? Comme son  nom l’indique très justement (thanks Captain Obvious !), il s’agit d’une initiative consistant à réduire ses déchets ménagers. La stratégie s’appuie grosso modo sur cinq points :

greener_family_principe-zero-dechet1

Les deux livres que je présente aujourd’hui ne sont en aucun cas des ouvrages scientifiques, mais se présentent plutôt comme des guides pratiques comportant diverses astuces qui nous montrent à quel point il est simple de modifier son style de vie et de consommation.

Allez, je ne résiste pas au plaisir de vous en citer quelques unes en vrac !
– privilégier les chiffons microfibres (ou se fabriquer ses propres torchons à l’aide de vieux draps) à la place du traditionnel sopalin
– remplacer les cotons démaquillants à usage unique par des lingettes/cotons lavables, et donc réutilisables
– investir dans un composteur (si vous disposez d’un jardin ou d’un bout de terrain) pour y mettre tous vos déchets organiques
– opter pour l’achat de céréales, fruits secs et légumineuses en vrac autant que possible (pensez à emporter de petits sacs à vrac en tissu pour vos achats)

A aucun moment les auteurs ne se positionnent comme des exemples types à suivre absolument -sinon vous irez tous cramer en enfer voilà- ou n’emploient un ton moralisateur. Au contraire, il est souvent rappelé que chacun fait comme il le peut, selon son envie et surtout ses moyens financiers ou matériels. La famille Pichon-Moret, tout comme Bea Johnson, ont bien conscience que la transition peut être longue, et leur ouvrage a, pour moi, davantage pour but d’éveiller les consciences et de donner au lecteur des pistes pour s’améliorer.

cache_40224612

Dans les deux cas, on retrouve une bonne dose d’humour ! Cela passe par les dessins fournis par Bénédicte, illustratrice-graphiste dans la vraie vie, qui peuvent s’avérer très cynique envers la société de consommation ou les grandes distribution, mais toujours de bon ton. Quant à Bea Johnson, j’ai souri devant ses tentatives acharnées (mais souvent infructueuses il faut l’avouer!) à fabriquer un mascara maison, ou à fermenter des graines de kéfir pour en faire du fromage !

Écrits assez simplement, ces ouvrages se lisent très facilement. Leur découpage en chapitres thématiques (la cuisine/les courses, l’hygiène/la salle de bain…) est efficace et permet de repérer facilement les informations désirées. Pourtant, le livre Zéro déchet m’a paru un peu austère à la lecture comparé à son petit frère. Et pour cause : le texte n’est pas bien aéré, et n’est, à aucun moment, agrémenté de petits schémas ou dessins, qui rendraient le propos moins indigestes. A côté, La famille presque zéro déchet a un côté ludique et coloré non négligeable !

capture-d_ecc81cran-2016-02-23-acc80-15-36-11

Ceci dit, si je devais choisir absolument entre l’un des deux guides, je vous recommanderai plutôt d’investir ou d’emprunter quelque part (les médiathèques sont vos amies !) La famille presque zéro déchet.
Bea Johnson révèle des intentions très louables, mais en fait tout simplement trop. Chez elle, le zéro déchet apparaît presque comme une obsession, tout doit être sous contrôle, et ses idées sont parfois trop poussées pour le citoyen lambda : qui serait volontaire pour installer des toilettes sèches chez soi, ou encore à se maquiller les yeux en utilisant du cacao ? Les idées restent bonnes, mais j’ai moins eu cette impression en lisant l’ouvrage de la famille Pichon-Moret, qui joue plus sur la carte de l’humour et de la légèreté, tout en prenant son sujet au sérieux.

 

Toutes les illustrations sont à retrouver sur le site de Bénédicte Moret.

Publicités

11 réflexions sur “Où on parle de zéro déchet 🌱

  1. Je n’ai jamais lu d’un bout à l’autre le livre de Bea Johnson, seulement survolé à l’occasion en bibliothèque, mais je te rejoins sur ce point : La famille presque zéro déchet est bien plus agréable à lire ! Et le côté absolument pas moralisateur est très motivant et agréable !

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai entièrement lu le livre de Bea Johnson. C’est vrai qu’il est peu attractif, mais il se lit assez facilement et surtout montre jusqu’où on peut aller dans le zéro déchet, sans pour autant être moralisateur et c’est cool.
    J’essaierai peut-être de lire La famille presque zéro déchet mais j’imagine que le contenu doit être assez similaire… Est-ce qu’il y a de nouvelles informations ou d’autres méthodes peut-être dans ‘La famille presque zéro déchet’ ?

    J'aime

  3. Oh merci pour cet article !
    Je suis très concernée depuis quelques temps par la réduction de nos déchets, et la suppression d’objets superflus. Pour autant, je suis encore loin de prôner le minimalisme… Il y a des tas d’objets dont je ne peux à l’heure actuelle pas me séparer (surtout que j’ai été collectionneuse il n’y a encore pas si longtemps ; j’ai arrêté il y a 2 ans environ), et puis comment veux-tu décemment prôner le minimalisme avec les piles immenses de livres qui recouvrent mes étagères et mon parquet ?

    De toute évidence, il est quasi impossible de passer d’une situation de consommation « standard » à une situation où l’on a tout remplacé d’un coup et où l’on fait attention à tout. Et effectivement, comme tu le dis du premier ouvrage, vanter un zéro déchet en proposant d’emblée des solutions beaucoup trop radicales, ça décourage tout le monde et ça ne donne pas envie d’agir car on a l’impression que c’est insurmontable.
    Je suis depuis quelques semaines dans une profonde et honnête réflexion vis-à-vis de moi-même par rapport à tout ce qui nous encombre… J’ai pêché le livre de Marie Kondo, « Ranger, l’étincelle du bonheur », et j’ai mis dans ma liste des livres du type « Vivre mieux avec moins ». Tellement que ça en devient presque une obsession, et c’est malsain. J’ai envie de changer, mais je voudrais que ça se fasse de manière radicale, pour me faire du bien à moi aussi (ce qui est tout à fait paradoxal, étant donné que je sais pertinemment que la radicalité est impossible vis-à-vis du zéro déchet, et que c’est une évolution progressive, à la fois physique et mentale).
    Ce pavé nombriliste pour dire que, en effet, le titre « La famille presque zéro déchet » m’attire beaucoup plus (la présence du « presque » en est la principale raison, n’est-ce pas ? xD) et que je te remercie de nous en avoir suggéré la lecture 😀 Du coup je l’ai réservé en bibliothèque !

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce commentaire détaillé Camille ! 🙂 J’en ai profité pour piocher quelques références que tu cites car, même si je suis encore bien loin du minimalisme, j’aimerais à terme, changer moi aussi ma façon de consommer. Comme tu le dis si bien, c’est loin d’être évident même si l’on considère une transition progressive… N’hésite pas à me tenir au courant de ton avancée ! J’espère aussi que le petit guide de la famille zéro déchet pourra t’être utile et te donner quelques pistes !

      Aimé par 1 personne

      • Avec plaisir, je te tiendrai volontiers au courant de mes exploits « zéro déchet » ! haha
        Tiens, déjà, rien qu’hier j’ai fait mes courses et j’ai bien fait attention à n’acheter que des fruits et légumes de saison, et je me suis même risquée à prendre un panais et des topinambours pour découvrir les vieux légumes ^^
        Et pendant que je faisais mes courses, je me suis répétée à nouveau qu’il était vraiment urgent que j’investisse dans des sacs en tissu (lin ou coton bio) pour pouvoir enfin aller acheter des céréales et des graines en vrac au supermarché, ainsi que dans un filet pour transporter les légumes. J’ai repéré un site qui vend ce genre de choses, il faudra que j’investigue un peu plus sur le net.
        Et j’ai commencé à lire le premier livre de Marie Kondo, « La magie du rangement », avant de lire « Ranger : l’étincelle du bonheur ». Je pense que ses techniques peuvent vraiment aider, je te dirais ce que j’ai pensé du bouquin quand je l’aurai fini 🙂

        Allez, courage à nous ! C’est encore plus motivant si on s’entraide 😀

        J'aime

  4. Ah ah ces livres sont tellement réservés en médiathèques (enfin je ne sais pas en ce qui concerne la tienne). En tous cas c’est super de voir que beaucoup de gens s’intéressent à ce sujet.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s