Somali et l’esprit de la forêt : un enchantement visuel !

Somali et l’esprit de la forêt; par Yako Gureishi
Publié chez Komikku Editions, 2016

Depuis que le monde est dominé par les créatures non-humaines, les hommes en sont réduits à mener une existence clandestine pour échapper à la persécution sans répit des nouveaux maîtres. Un jour, un golem, gardien des forêts, recueille une fillette appartenant à cette race humaine en voie d’extinction et décide d’entreprendre avec elle un périlleux voyage à travers les contrées.  Ainsi commencent les aventures de cet étrange duo dépareillé, mais uni par un attachement quasi filial.

4
J’ai apprécié :

☞ Les deux personnages principaux sont attachants à souhait ! Leur relation quasi père-fille est touchante dans sa simplicité et sa dualité : Somali, avec sa petite bouille ronde et sa fragilité, est physiquement à l’opposé du golem, qui s’impose vite comme son protecteur. 

☞ Dépaysant à souhait, Somali et l’esprit de la forêt est très contemplatif et nous donne à découvrir un univers à la fois fantastique et poétique. Les créatures fabuleuses que croise notre duo (lapins à cornes, drôles de poissons mangeurs de livres, démons apothicaires, ou encore sorcières cuisinières) nous immerge en quelques pages seulement !

☞ Dans l’histoire, le golem fait figure de gardien des forêts, et la nature se meurt une fois qu’elle perd son protecteur : ce soucis de l’environnement m’a rappelé les œuvres de Miyazaki, dans lesquelles on retrouve souvent cette thématique. 

☞ Comment ne pas être séduit par les merveilleuses illustrations ? Mettant en scène la nature luxuriante et des petits villages pittoresques, la technique graphique m’a un peu rappelé la série de mangas Les enfants de la Baleine. Bref, les décors sont grandioses, le soucis du détail est vraiment là, et j’étais emballée dès les premières pages !

somali_et_l_esprit_de_la_foret_t01_visuel_presse


☞ L’intrigue se met en place doucement, laissant entrevoir au lecteur un conte cruel à mesure que l’on découvre le sort réservé aux humains…

C’est un vrai moment de poésie que nous offrent les éditions Komikku, dont je découvre peu à peu les publications, pour mon plus grand plaisir ! (si, si rappelez-vous : L’enfant et le maudit, Le maître des livres, Minuscule, ou encore The Ancient Magus Bride, ce sont eux aussi !) Dans le cas présent, Somali et l’esprit de la forêt propose des pistes intéressantes sur la tolérance, mais aussi sur l’extinction de certaines espèces (ici, l’être humain) : le tout donne sérieusement à réfléchir sur le devenir de notre société, et plus largement de notre planète. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s