Deux romans feel-good coup de cœur ♥

C’est parti pour un petit « 2 en 1 », ni vu, ni connu ! J’ai récemment lu ces deux publications young-adult, et leur ai trouvé quelques airs de ressemblance (notamment le fait de faire tellement de bien au moral qu’ils devraient être remboursé par la Sécu !)

La Fourmi rouge; de Emilie Chazerand
Publié aux Éditions Sarbacane, 2017 – 256 pages

cvt_la-fourmi-rouge_4856

 

Vania Studel a quinze ans. Pour elle, la vie ne semble être qu’une succession d’épreuves où chacun est condamné à n’être personne. 
Entre sa mère morte lorsqu’elle avait huit ans, son père taxidermiste farfelu et ses relations difficiles avec ses camarades, elle se voit comme une malheureuse fourmi parmi d’autres. Mais un jour, elle reçoit un courriel anonyme qui lui révèle toute son originalité. 

 

Comme à chaque fois, il me tardait de découvrir le dernier cru Exprim’, et comme à chaque fois, j’ai bien fait de me jeter dessus dès sa sortie ! La fourmi rouge se présente comme un genre d’ovni littéraire que j’ai dévoré en quelques heures et relu dans la foulée (ouais, il y a des bouquins comme ça). Depuis, je crois qu’il passe en premier dans mon top 3 des romans Exprim’, c’est dire !

L’adolescence n’est clairement pas la meilleure période de la vie et il y a de quoi angoisser. Mais Vania, 15 ans, a des raisons supplémentaires de se faire du soucis : un défaut physique, un prénom qui laisse à désirer, et un paternel des plus farfelus, ça ne rend pas le quotidien plus facile ! Heureusement, l’autodérision est reine dans ce roman, détournant ainsi les complexes, les souffrances et la différence que l’on peut ressentir à cet âge-là. 

L’auteure nous livre une galerie de personnages particulièrement loufoques et attachants, qui ont tous un petit plus à apporter au récit. J’ai apprécié chacune de leur fêlure, cela les rend d’autant plus réalistes à mes yeux et apporte une vraie émotion au roman.

« On tirait des plans sur des tas de comètes qui ne traversaient jamais nos ciels bas de plafond. »

Le ton est vif, plein de piquant, donnant au texte un rythme enlevé : c’est simple, on ne s’ennuie jamais avec Vania et son entourage ! (ce qui explique sûrement que je me sois marrée comme une baleine en le lisant) Ceci dit, si la majorité du roman est tourné vers l’humour, Emilie Chazerand nous offre aussi quelques beaux moments d’émotion. 

Pour moi, La Fourmi rouge est le digne héritier des Petites reines de Clémentine Beauvais, et se rapproche de Je suis ton soleil de Marie Pavlenko, dont le pitch et le traitement des thèmes difficiles est assez similaire. Vraie bouffée d’air frais abordant des sujets parfois douloureux, c’est l’un des romans de la rentrée à ne pas rater !


Je suis ton soleil; de Marie Pavlenko
Publié aux Editions Flammarion jeunesse, 2017 – 466 pages

61pzcvixqal


Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s’acharne à les dévorer. Mais ce n’est pas le pire, non.

Le pire, est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d’une inconnue aux longs cheveux bouclés ?

Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

J’ai littéralement dévoré cette histoire en quelques heures, tant je me suis retrouvée happée par les personnages si attachants et fragiles, l’humour grinçant qui se détache de l’ensemble, et la plume rythmée de l’auteure !

La grande force du roman, c’est évidemment Deborah, dont on suit les pensées intimes tout du long. Un brin désabusée, courageuse et pleine d’humour, elle partage de manière pertinente les aléas de son quotidien.

Je vais finir vieille fille. Sur ma tombe, on lira :
« Ci-gît Déborah, la fille qui aimait les grenouilles. Las, aucune n’eut la décence de se transformer en prince charmant. »

Oui, parce que depuis la rentrée, on peut dire que le théorème de la scoumoune (#lapoisse) n’y va pas de main morte ! Jugez plutôt : sa mère, dépressive notoire, se met à découper frénétiquement des magazines, son père a élu domicile à son travail, et Isidore, son tocard de chien, mordille toutes les paires de chaussures de la maisonnée. Pas brillant hein ?

Isidore, portrait d’un héros :

« C’est l’angoisse ce chien. Un mélange improbable de Droopy en fin de vie, Beethoven (le chien, pas le compositeur) atteint de psoriasis, et Milou passé entre les mains d’une esthéticienne sous acide. »

On suit donc Deborah sur toute son année de terminale, un peu à la manière d’un journal du quotidien. Nous sont alors exposées ses relations parfois complexes avec les adultes qui l’entourent, ce qui permet de jauger le caractère de chacun et d’en découvrir davantage sur leur passé, parfois douloureux. Heureusement, pour l’accompagner dans ses déboires, elle peux compter sur sa copine Éloïse, reine des crusheuses en série, ainsi que de Jamal et Victor, les nouveaux potes de cette rentrée haute en couleur.

 Jamal, ou le don de désamorcer les situations conflictuelles :

« Cependant, Mygale-man n’a pas dit son dernier mot .
– Je ne sais pas de quoi vous parler , mais une chose est sûre : oui , je suis son petit ami. Quand ce magnifique chien aura terminé sa besogne, nous nous mettrons nus, elle et moi, nous nous roulerons par terre et nous ferons l’amour comme des bêtes en nous barbouillant de caca. »

Jusque-là, rien de trop exceptionnel me direz-vous. Sauf que là où Je suis ton soleil  se démarque et fout les poils, c’est par son ton résolument joyeux malgré les thèmes grave que Marie Pavlenko choisit d’aborder (avortement, suicide, tout ça tout ça…). Elle fait preuve d’une grande sensibilité pour évoquer les événements, et nous livre, à grand coup d’humour, un roman léger et très rythmé, que l’on placera dans la pile des livres « à relire en cas de coup dur ». 

Mention spéciale aux noms de chapitres, qui font chacun référence à des œuvres musicales ou littéraires existantes ! Elles apportent une touche de fantaisie bienvenue qui contribue à faire le charme du roman et donnent de la profondeur au récit.

Je suis ton soleil fait partie de ces romans uniques en leur genre, teintés d’un doux optimisme, à la fois plaisants, décalés et écrits avec un talent certain. Marie Pavlenko a bien ciblé son lectorat : le vocabulaire utilisé est assez courant, l’écriture (c’est à dire les pensées de Deborah) fluide, et s’il s’agit avant tout d’un roman d’apprentissage sur l’adolescence, le récit pourra facilement plaire aux adultes (la preuve !). 


☞ En bref, dans ces romans il y a :
– des personnages loufoques et délicieusement cinglés
– un rythme soutenu qui fait que jamais on ne s’ennuie

– des thématiques difficiles, traitées sans pathos
– de l’humour en barre !

15 réflexions sur “Deux romans feel-good coup de cœur ♥

  1. Je ne sais pas pourquoi mais je me tourne rarement de moi-même vers les romans feel good ! Mais j’ai entendu tellement de bien de « Je suis ton Soleil » que je pense que je vais finir par craquer ^^ Je me demande comment on peut aborder des thèmes aussi difficiles que le suicide avec un ton léger, ça m’intrigue.
    Et au passage, ton blog est très joli paré de ses feuilles d’automnes !
    Bisous Victoria :*
    Victoire

    J'aime

    • C’est compréhensible, j’ai moi-même le plus grand mal à m’y fier… disons que ça peut vite devenir mielleux. En young-adult, on trouve quand même quelques perles dans le domaine, si jamais tu as besoin d’inspiration 😉

      Merci, j’ai tâtonné un moment avant de dénicher ce qui me plaisait 🙂

      J'aime

    • Je l’ai fait trainé des mois sur mes étagères aussi ! Mais il vaut vraiment le coup, ça sera certainement un de mes coups de cœur de cette année avec son comparse du dessus 🙂

      J'aime

    • Effectivement, La fourmi rouge a un petit quelque chose en plus, et arrive à garder le rythme tout du long en plus ! C’est plus diffus dans le second roman, que j’ai malgré tout, beaucoup beaucoup aimé (et les personnages me manquent !)

      J'aime

  2. J’ai Je suis ton soleil depuis 3 mois sur mon bureau, il faut que je le lise avant de quitter mon poste. Pour La fourmi rouge je vais très probablement me le prendre vendredi! Je pourrais me faire un petit doublé gagnant comme toi ensuite! ^^

    J'aime

  3. J’ai tendance à plutôt aimer/lire les romans dramatiques, je ne connais pas beaucoup de feel good book, mais si je me souviens bien Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patate etait assez fun =)

    J'aime

  4. J’ai toujours hésité à ajouter ces livres à ma wish-list… Mais je crois que tu viens de me convaincre, notamment pour La fourmi rouge. Ce qui m’a convaincue ? : « Pour moi, La Fourmi rouge est le digne héritier des Petites reines de Clémentine Beauvais ». Les petites reines, qui est ma lecture actuelle. A voir… 😏

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s