Harry Potter and the Cursed Child ϟ

Harry Potter and the Cursed Child by J.K. Rowling, John Tiffany & Jack Thorne
Publié chez Little, Brown and Company, 2016 – 343 pages
a1jr7rz0aml


Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu.

Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

1

[ATTENTION, RISQUES DE SPOILERS !]

Soyons bien d’accord : pour moi, le mythe Harry Potter prenait fin avec le septième tome de la série. Alors quand j’ai entendu parler de la sortie d’une nouvelle histoire, j’étais curieuse -évidemment- mais surtout très perplexe.

☞ Un script, pourquoi pas ?
Présenté comme le 8ème tome de la saga, “Harry Potter and the Cursed Child” prend en fait la forme d’
un script de la pièce du même nom. Le point gênant selon moi? Que J.K. Rowling ait apposé son nom sur la couverture -sans doute pour des raisons marketing assez évidentes- alors qu’elle n’a pas écrit le texte de la pièce, mais simplement chaperonné le projet…
Bien que
réticente à l’idée de lire un texte de théâtre, au fond le format ne m’a pas posé problème. N’avoir que très peu d’éléments descriptifs fait carburer l’imagination et permet une bonne visualisation des différentes scènes.
Ceci dit, il faut bien avouer que les répliques souvent plates et les longues didascalies m’ont posé soucis à la lecture. D’ailleurs, pour moi, certains éléments présents dans les didascalies étaient purement narratif et n’y avaient pas leur place.
Pour ceux qui hésiteraient encore à commencer le livre en anglais : soyez rassurés, le niveau de langue reste très accessible, du fait que la pièce compte peu de descriptions.

Welcome back !
Quelque part au fond de mon petit cœur de lecteur, il y avait forcément la joie de m’immerger dans cet univers familier et de découvrir, dès les premières pages,
comment a évolué le trio inséparable après toutes ces années, aussi bien au niveau familial que professionnel. L’occasion de voir si les théories qu’on avait élaborées il y a des années sont finalement devenu réalité !

Un héros tête à claques VS un compagnon d’aventures attachant
Parallèlement, de nouvelles têtes font leur apparition : je pense surtout au duo Albus/Scorpius.
Une chose est sûre, le jeune Albus est bien le digne fils de son papounet : la preuve, il en a tout à fait le comportement. Même si l’on passe sur le côté garçon-en-pleine-crise-d’ado, je l’ai trouvé exaspérant au possible et très immature. A contrario, je me suis vite prise d’affection pour Scorpius, le fils Malefoy, bien plus débrouillard et sympathique que son camarade. Il constitue à lui seul l’unique vrai point positif du livre.

☞ On est pas un peu trompés sur la marchandise ?
D’abord, le script comporte plusieurs incohérences qui m’ont fait froncé les sourcils plus d’une fois (comme cette histoire de Polynectar, ou encore de retourneur de temps si bien caché…#ironie). A cela s’ajoute l’impression que les auteurs se moquent un peu des fans. Oui parce que pour moi, faire revenir des personnages disparus dans les tomes précédents est un procédé un peu facile…surtout quand on a été habitué à des procédés plus élaborés de la part de J.K Rowling.

Ensuite, j’ai bien conscience que les années ont passé, que les caractères évoluent avec le temps, rien de plus normal. Mais là, où sont passés les personnages fabuleux qui avaient marqué ma lecture il y a des années ?! Si Harry est toujours aussi agaçant, Hermione et Ginny ne sont plus que l’ombre d’elles-même et Ron est carrément vu comme l’imbécile de service, ce qui m’a tout bonnement exaspérée !

☞ Le gros du problème : une existence improbable
C’est LA révélation du livre : Voldemort est papa. Delphine voilà le nom du problème ! Celui qui m’a fait crier au n’importe quoi depuis mon canapé. C’est l’annonce de trop, tombée de nulle part, comme un cheveu sur la soupe. Mais pourquoi ? Et surtout comment ? Ce n’est qu’un point de vue personnel, mais je ne crois pas Voldemort capable de s’accoupler après avoir mutilée son âme, et être à presque mort pendant des années, ni de vouloir même s’assurer une descendance quelconque… Passons sur le problème de la conception pour s’attarder sur le caractère de l’héritière du Seigneur des ténèbres : je l’ai trouvée pitoyable et assez peu charismatique contrairement à son paternel. Mince quoi, c’est quand même la fille de Voldemort, ils auraient pu l’imaginer plus vicieuse !

Au final, que ce soit sur la forme ou sur le fonds, Harry Potter et l’enfant maudit restera pour moi une espèce de fanfiction ratée. Si j’étais enthousiaste à l’idée de revoir mes personnages chouchous et de replonger dans cet univers magique, j’ai vite déchanté et ai trouvé mon lot de déceptions dans ce récit qui se contente de tourner en rond.

Je suis plus que curieuse de connaître votre opinion sur la question. Si vous l’avez lu, avez-vous aimé ?  🙂

Publicités

23 réflexions sur “Harry Potter and the Cursed Child ϟ

  1. Niognot dit :

    Plus le temps passe et plus l’histoire me semble « stupide », c’est fou car j’ai apprécié ma lecture sur le coup (trop contente de me replonger dans cet univers) mais décidément les héros que nous avons connus plus jeunes sont trop caricaturistes et les voyage dans le temps ne sont pas vraiment une bonne idée pour avoir une histoire cohérente. (Bon et après tout ça je l’achèterai quand même en français pour l’avoir dans ma bibliothèque donc le marketing fonctionne).

    Aimé par 1 personne

    • Victoria dit :

      C’est drôle que tu dises ça, ça me fait exactement la même chose ! J’étais toute fofolle en ayant mon exemplaire entre les mains, j’ai apprécié ma lecture dans l’ensemble (même si j’ai grommelé plus d’une fois ^^) et pourtant, plus j’y repense, plus je me dis que c’était du grand n’importe quoi !

      Je vais m’abstenir de le prendre en français, sachant qu’en octobre, il y a aussi les nouvelles éditions qui sortent chez Gallimard, et le deuxième tome illustré ! 🙂

      Aimé par 1 personne

      • Niognot dit :

        Heureusement que c’est mon anniversaire en octobre… ^^ j’ai la version numérique en anglais donc j’ai quand même envie de l’avoir en format papier. 🙂

        J'aime

      • Victoria dit :

        Ah dans ce cas c’est différent en effet, je l’avais pris directement en format papier moi 🙂 L’anniversaire est bien placé, ça peut servir 🙂 !

        J'aime

  2. Cammy dit :

    J’ai trouvé que Ron était toujours un peu le même mais j’ai été très déçue par Harry par contre….
    Et je suis d’accord aussi pour les incohérences mais en fait, j’étais tellement contente de retourner à Poudlard que j’ai facilement passé outre.

    J'aime

    • Victoria dit :

      J’ai toujours apprécié le côté un peu niais de Ron -c’est même un de mes personnages favoris- mais là je trouve que le personnage est tourné en ridicule à certains moments 😦

      J'aime

  3. oursebibliophile dit :

    J’aime beaucoup ta critique qui résume très bien, ce que j’en ai pensé. Ma lecture est encore récente, mais je pense qu’avec le temps, les aspects négatifs vont totalement prendre le pas sur les petits plaisirs que j’ai trouvé à ce livre. J’ai du mal à comprendre pourquoi JKR a laissé passer de telles incohérences…

    Aimé par 1 personne

  4. Lya dit :

    Ma lecture date un peu mais j’ai bien aimé. J’ai aimé me replonger dans cet univers et j’ai aimé retrouver les personnages. (je vais éviter le spoil, pour ceux qui voudraient lire la suite 😉 )

    J’ai au contraire trouvé que le genre théâtre correspondait bien au scénario, dans le sens où c’est une histoire qui progresse vite et le genre théâtre permet de donner, à mon sens, un vrai dynamisme dans cette progression. On change de scène souvent, on peut se permettre de faire évoluer les persos rapidement sans une tonne de descriptions, etc… D’ailleurs, ça doit être assez fou de le voir en direct sur scène.
    On a quand même un point commun : j’ai succombé à Scorpius Malfoy. Ce gamin est génial et prend carrément le pas sur Albus, je suis d’accord. Pour moi c’est lui la belle découverte du livre, bien plus que tous les autres nouveaux personnages.

    [SPOIL] En fait si, je spoil un peu pour évoquer la fille de Voldemort. 😛 Oui… d’accord avec le fait que c’est bancal et tordu. Mais on peut aussi le voir comme une quête quasi aboutie d’immortalité. Transmettre son sang, c’est un peu se rendre immortel non ? Et c’est ce que Voldemort recherche… [FIN SPOIL]

    Bref. J’ai bien aimé ! 😀 Mais je devrais peut-être quand même le relire en français. Tu parles d’incohérences dans ton article qui me font penser qu’il y a peut-être certains détails que mon niveau d’anglais ne m’a pas permis de déceler. Donc à relire et à re-analyser ! 😉

    J'aime

    • Victoria dit :

      Je dois avouer qu’au départ, j’étais plutôt contente d’avoir le script entre les mains, et je suis sortie de ma première lecture frustrée mais pas non plus totalement mécontente. Seulement, plus le temps passait, et plus je trouvais qu’au fonds, Harry Potter et l’enfant maudit était un raté.
      Pour moi, Scorpius est réellement LA bonne surprise du livre ! Et tu as raison, il prend complètement le pas sur Albus.
      Concernant la progéniture de Voldy, ta théorie se tient sans doute, mais pour moi Voldemort a trop d’estime pour lui-même pour laisser le soin à un autre (qu’il soit ou non la chair de sa chair) de poursuivre son oeuvre… Mais je suis d’accord : ça se discute ! 😉

      J'aime

  5. anouklibrary dit :

    Je l’ai lu et beaucoup aimé, malgré les défauts que je lui ai trouvé. J’ai, je pense, obligé mon cerveau à rester hermétique aux nombreux défauts juste pour le plaisir de repartir dans le monde des sorciers, à Poudlard et de voir comment la progéniture du héros de mon enfance s’en sortait avec un ascendant tel que le sien !
    Je suis d’accord avec beaucoup de tes points. Moi aussi j’ai crié au scandale en apprenant que Voldemort pouvait avoir une fille… L’idée était bonne mais bien peu crédible.
    Je pense sincèrement que si cela avait été un roman, et non une pièce de théâtre, l’histoire aurait gagné en crédibilité. Parce que JK Rowling aurait mis sa plume, parce qu’il y aurait eu matière à développer (notamment concernant tes points sur le polynectar et le retourneur de temps). Le fait que ce soit une pièce de théâtre laisse trop peu de temps au lecteur pour s’habituer à l’histoire et aux évènements…
    Après, bien que je sois totalement d’accord sur l’opération marketing que ce « huitième tome » a été, je suis heureuse d’avoir eu la chance d’avoir ce tome, de lire les aventures des sorciers à nouveau et je me trouve chanceuse d’avoir des nouvelles du fils d’Harry 🙂

    Aimé par 1 personne

  6. Clow dit :

    C’est avec regret que je partage ton avis. J’ai par faiblesse succombé au marketing et j’ai été tellement déçue..Je regrette presque ma lecture tellement j’ai trouvé tout ça trop facile.. C’était vraiment une grosse déception pour moi.

    J'aime

  7. Mathilde (The Nose In Books) dit :

    Je suis d’accord avec toi sur une majorité des points que tu évoques dans ta chronique… Mais contre toute attente, j’ai plutôt bien aimé, tout en gardant à l’esprit que c’est un type de fanfiction. Cette lecture m’a permis de m’évader, et de retrouver un peu l’univers. C’est tout ce que je voulais 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s