Génération K

Génération K; de Marine Carteron
Publié chez Le Rouergue (collection Epik), 2016 – 304 pages
41st0frp55l

L’auteure des Autodafeurs nous livre une nouvelle trilogie empreinte de fantastique et d’action. Kassandre, Mina et Georg, tous trois un peu bizarres et révoltés, ont un point commun que la plupart des gens ignorent : un pouvoir terrifiant… D’un pensionnat luxueux en Suisse aux quartiers chauds de Naples, la traque commence car leurs dons sont convoités par de redoutables puissances.

5

Après le succès de sa série Les Autodafeurs (si vous ne l’avez pas encore lue, c’est que vous devez vivre dans une grotte, je ne vois que ça), Marine Carteron était attendue au tournant ! Cette fois, exit l’humour et les confréries secrètes : elle nous revient avec une nouvelle trilogie publiée chez Le Rouergue, dans leur collection Epik, orientée vers les lectures de l’imaginaire.

Des héros…oui mais :
Kassandre, Mina et Georg sont les personnages principaux de cette histoire…mais sont les parfaits antihéros ! Kassandre, Ka pour les intimes, c’est l’ado au fort caractère, explosive et presque agaçante par moments. Aristocrate suisse rebelle et fan de métal, elle détonne dans sa famille et réussit fichtrement bien à imposer son point de vue !

Fille d’une employée de la famille de Ka, Mina est sa meilleure amie -presque une sœur- et s’avère beaucoup plus douce et tempérée que son amie.
Le troisième larron, c’est Georg, le caïd des cités. Orphelin, il s’est retrouvé mêlé à plusieurs affaires pas nettes, ce qui lui vaut maintenant d’être incarcéré. 

La relève des X-Men
Au fil des pages, on comprend que chaque adolescent est doté d’un pouvoir spécial : Georg peut ainsi s’introduire dans l’esprit des gens, Mina est capable de détecter les mensonges et Kassandre entend chaque cœur qui l’entoure, ce qui lui permet de localiser les personnes à proximité. Tout cela serait dû à une particularité de leur ADN, dont certains chromosomes arborent la forme d’un K. Évidemment, on se doute bien que de telles perspectives n’attirent pas que des gens bien intentionnés…

Un véritable page-turner
Trois héros, trois points de vue
, ce qui permet de mieux s’immerger dans leur parcours respectif. J’avoue avoir eu un peu de mal avec Mina, dont on suit les pensées uniquement via son journal intime. Un autre personnage, beaucoup plus mystérieux, se manifeste également. Présenté comme un « cauchemar », ses brèves interventions s’avèrent très intrigantes pour le lecteur !
Génération K rime avec changement de décor : on se retrouve tantôt dans un centre carcéral français, tantôt dans les bas-fonds de Naples, ou encore dans un pensionnat chic situé en Suisse. Couplé aux différents points de vue, cela donne un roman très dynamique ! De plus, l
‘écriture est percutante, c’est fou comme les pages s’enchaînent à vitesse grand V, nous laissant terriblement frustrés de devoir attendre la suite !

Une fin surprenante !
Si l’intrigue est assez complexe, c’est pour mieux nous allécher par la suite ! Des indices sont disséminés dès le départ pour nous permettre de nous interroger, de créer des liens entre les différents protagonistes. Même quand vient le dénouement, on est loin d’avoir toutes les réponses en tête…
La fin du roman est d’ailleurs étonnante : Marine Carteron laisse planer une menace sur l’humanité entière et délivre même dans le dernier chapitre une sorte de message écologique. Selon celui-ci, les hommes auraient abîmé la planète et seraient condamnés à cause de leur égoïsme et de leur bêtise. Cela fait écho à d’autres romans que j’ai pu lire. Je pense surtout à l’excellente série jeunesse C.I.E.L, écrite par Johan Héliot, dans laquelle il envisage qu’une intelligence artificielle prenne le contrôle de la planète et force les humains à réparer le mal qu’ils ont pu faire à la Terre. Je suis donc plutôt curieuse de voir comment cette piste sera exploitée dans les prochains tomes !

Marine Carteron livre un début de saga beaucoup plus sombre que ses Autodafeurs. D’ailleurs, pour moi, cette nouvelle série s’adresse à un public averti, à partir de 14/15 ans. Manipulation génétique, mystérieuses épidémies et pouvoirs surnaturels, autant de thèmes inhabituels qui sauront garder le lecteur en haleine ! Le premier tome peut donner l’impression de ne pas tellement avancer -raison pour laquelle je n’ai pas eu de coup de cœur immédiat-, mais il pose avant tout les bases d’une histoire complexe et entraînante dont, personnellement, j’attends la suite de pied ferme !

En bref :
– une lecture haletante
– un parfait mélange des genres (fantastique, action et thriller)
– une plume fluide et agréable
– la suite, viiiite !

Publicités

17 commentaires sur “Génération K

Ajouter un commentaire

  1. Je vis dans une grotte alors parce que je ne connais pas du tout les Autodafeurs…ne me jetez pas de cailloux!!!!
    En tout cas ce roman m’attire beaucoup : pouvoirs, écologie et génétique, un cocktail détonnant!

    Aimé par 1 personne

  2. Ohhh comme le monde est petit ! Je cherchais d’autres avis sur Génération K dans la blogosphère et sur qui je retombe ? 😀 😀 Cette fois je suis pleinement d’accord avec toi ! L’écriture est impeccable et dynamique, les personnages ont des caractères supers intéressants et le mystère qui règne autour de ce Maître est alléchant. Par contre le journal de Mina m’a plu, c’était un bon moyen de varier les points de vue. On verra si l’auteur garde le même système dans le tome 2 ! 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :