Chroniques·Coups de coeur·Young-Adult

Songe à la douceur

Songe à la douceur; de Clémentine Beauvais
Publié chez Sarbacane dans la collection Exprim’, 2016 – 240 pages

Couverture de Songe à la douceur

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ?

coupdecoeurSonge à la douceur était l’une des sorties de la rentrée que j’attendais le plus. A force d’en entendre parler depuis des semaines sur la blogosphère, j’avais peur de placer mes attentes trop haut, et d’être déçue quand je l’aurais enfin dans les mains. Clémentine Beauvais était donc attendue au tournant…

Il faut savoir que le livre est une adaptation du roman en vers d’Alexandre Pouchkine : Eugène et Onéguine, dont l’histoire se retrouve transposée dans le Paris du 21è siècle.

En soi l’intrigue est assez banale : c’est une histoire d’amour comme il en a déjà existé des milliers. Ça pourrait donc être niais, un peu fleur bleue même; pourtant ce n’est absolument pas le cas. Bien sur, sans avoir lu le texte d’origine, il est difficile de savoir exactement ce que l’auteure a ajouté ou modifié au récit de base. Mais Songe à la douceur reste une comédie romantique à la fois moderne et drôle, et honnêtement : je n’ai jamais rien lu d’aussi beau !

J’avais quelques réserves par rapport à la forme choisie, la poésie n’ayant jamais fait palpiter mon petit cœur plus que de raison… Mais tout compte fait, les vers libres apportent un rythme très chantant au texte et j’avoue volontiers avoir lu et relu certains passages tant je les trouvais beaux ! Les mots m’ont ensorcelée dès la première page : ces mots tellement subtils et bien choisis, ces mots qui disent l’amour, le désir et l’attente.

Notons que Songe à la douceur, c’est aussi ça (et c’est beau hein?) :

L’auteure relève le défi de publier un roman entier en vers libres, nous prouvant qu’elle peut décidément écrire sous n’importe quelle forme et sur n’importe quels thèmes. Elle brise toutes les conventions du roman pour ados « classique », pour mieux en réinventer les règles, ses propres règles. Il y a décidément de l’audace chez Clémentine Beauvais, et c’est peut être bien le vent de nouveauté que l’on attendait dans la littérature jeunesse… 🙂
Lire Songe à la douceur est une expérience unique, si bien que même si vous n’en faites pas un coup de cœur, je suis certaine que sa lecture vous marquera durablement !

En bref :
√ – la musique qui se dégage de chaque page
– une forme qui séduit
-une démarche originale et novatrice

Publicités

10 réflexions au sujet de « Songe à la douceur »

  1. Tu as donc réussi à l’écrire, ta chronique ! J’ai encore plus hâte de me plonger dans les mots de Clémentine Beauvais. Je vais réserver ma soirée ou celle de demain pour un RDV en tête-à-tête avec Songe à la douceur… Mes réserves sont les mêmes que celles que tu avais, j’espère donc que j’aurai un coup de cœur aussi fort que toi pour ce livre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s